Sahara Occidental : La ville de Dakhla, de nouveau à la une

Dakhla, Sahara Occidental occupé, 14/01 / 2018.- Le local qui apparaît sur cette photo est un magasin qui se trouve juste en face de la station de taxis qui ont comme destination les Wilayas et Tindouf (Pasaja en Hassaniya, le terme vient du mot passager) à Rabouni .
On dit qu'il appartient à Abdelkader Taleb Omar, Premier ministre de la RASD. Ce que nous ne pouvons pas confirmer. Ce que je peux confirmer, c'est que les personnes qui travaillent dans ce magasin appartiennent à la tribu de "Kader", comme ils l’appellent ses amis les plus intimes.

En 2013, je me suis rendu dans ce magasin pour acheter de la nourriture, sans savoir à qui il appartenait et c’était le dernier de mes soucis. Un des "cousins" d'Abdelkader m'a reconnu immédiatement. Apparemment, il est de la famille d'Ahl Ahmed-Zein. Je lui ai tendu la main pour le saluer et j'ai failli me faire agresser par lui. La raison: mes écrits. Écrits qui n’ont jamais une tribu en particulier, mais la ville de Dakhla dont les habitants d'un manque de nationalisme et de militance et de s’être accommodés aux « cartillas » (subvenbtion de de 2000 dirhams) des Marocains.

Ce n'est pas la première fois que je risque d’être lynché par les tribalistes de Mansour, qui est la personne qui se trouve derrière cette lâche mobilisation. La même année, pendant le Festival du Film Fisahara, j'ai été également menacé par les sbirs de Mansour et Abdelkader.
Aujourd'hui à l'occasion du Rallye qui vient de traverser le Sahara Occidental, je tiens à attirer l'attention sur la raison pour laquelle ce Rallye passe par Dakhla en évitant les autres villes du Sahara Occidental. Dakhla, qui a toujours été la préférée de Mohamed VI pour ses visites quand il veut envoyer un message d'intransigeance destiné à l'ONU. Il ne peut pas le faire depuis El Aaiún. Le roi du Maroc a une peur bleue des habitants de la capitale sahraouie à cause de leur activisme intense et leur actions de défi envers autorités d'occupation marocaines.

A l’instar du roi du Maroc, le Rallye n'a osé passer par aucune des villes sahraouies, alors qu’à Dakhla, il a fait une longue pause après un long parcours depuis le sud du Maroc.
Selon un militant de cette ville, Dakhla est le laboratoire de la propagande marocaine sur le Sahara Occidental. Tous les projets de propagande destinés à l'étranger se déroulent à Dakhla. Le Forum de Crans Montana qui a lieu chaque année en est un exemple. Festivités, expositions, réunions et conférences sont organisés fréquemment dans cette ville que le Maroc considère comme sûre et où il n'a pas peur que ses plans soient gâchés. Nous citons comme exemple l'exposition d'artisanat organisée en mars 2017 ou, quelques mois auparavant, le Triathlon. A cela s’ajoute les projets touristiques dopés avec des vols directs de la companie Air France avec ldes activités de surf en arrière-plan.

Pour cette raison, les Marocains ont placé dans cette ville des centaines de Mauritaniens qu’ils font passer pour des Sahraouis. Des mercenaires prêts à faire n'importe quel sale boulot en échange des miettes que le Maroc leur offre.
Pour justifier cette réalité, certains avancent le prétexte de la position géographique de Dakhla qui ne permet pas à ses habitants d'échapper à la répression. Un prétexte sans fondement.

Mohamed Mahamud Embarec

Sahara Occidental : Le corps diplomatique sahraoui en conclave

Base de Chahid Haddad (Sahara occidental), 9 Janvier 2018. La conférence annuelle des diplomates et des fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères de la RASD, avec la participation du Premier ministre Abdelkader Taleb Omar et les membres du Secrétariat national du Front Polisario a été inauguré hier.
La rencontre a lieu dans la base du Chahid Haddad, une garnison située à 60 km au sud de Rabouni, le centre administratif des camps de réfugiés sahraouis.
Les autorités sahraouies ont décidé de se réfugier loin des camps de crainte de devoir faire face à une possible manifestation de soutien au nouveau mouvement politique sahraouie qui réclame une réforme pour sortir de l'impasse du processus de paix en cours depuis plus de 26 ans et la lutte contre la corruption, la gabegie et le tribalisme qui s'est imposé comme un dogme dans la gestion de l'affaire sahraouie.

La peur des dirigeants sahraouis vient à la suite du succès enregistré par la visite de Ouallad Musa, l'un des fondateurs de l'Initiative Sahraouie pour le Changement, qui a été chaleureusement accueilli par la population à son arrivée à Chahid El Hafed et Smara.
Il est à rappeler que les autorités du régime corrompu actuel ont refusé de répondre aux lettres envoyées par L'Initiative dans lesquelles elle demande l'autorisation et un locale pour organiser des débats sur les objectifs de la nouvelle tendance politique sahraouie qui rassemble le soutien d'un large secteur la société sahraouie.

Sahara Occidental : Programme d'action de l'Initiative Sahraouie pour le Changement

Le POLISARIO est et restera l'avant-garde de la révolution sahraouie du peuple sahraoui dans sa lutte pour l'indépendance et pour construire son Etat, la République Sahraouie, dans le contexte historique actuel et légitimé. Bien que ce long chemin est jalonné de faits de gloire, de réalisations et de sacrifices énormes, il n'est pas moins vrai qu'à cause de facteurs exogènes et endogènes, des déviations et des lacunes sont apparues, ce qui à son tour a mené à des pratiques, des comportements et des perceptions contraires à l'essence et aux principes du projet national.
Ces derniers temps, cette accumulation d'erreurs a déclenché les alarmes. Il y a un état d'opinion unanime sur les risques qui entourent la cause en raison de cette dérive vers nulle part, vers le chemin de l'impasse que notre processus de libération nationale semble avoir pris.
Initiative Sahraouie pour le Changement est née dans cette conjoncture en tant qu'expression du sentiment des citoyens et en réponse aux  incertitudes croissantes, la déception et le manque d'expectatives. Son but n'est autre que de répondre aux défis de cette étape critique, en formulant, à partir d'une évaluation objective et de l'expérience, des propositions de changement, des réformes et des mécanismes de travail articulés autour du débat, comme approche ou idée centrale, et laissant de côté des styles et des méthodes de gestion devenus clairement obsolètes et inutiles.
Il ne fait aucun doute que la crise actuelle a été ressentie dans divers domaines et secteurs du processus de libération sahraoui. Certains de ses effets peuvent être résumés comme suit:
-Persistence de la stagnation politique et croissance du phénomène de la corruption, dans une situation où, progressivement, a diminué le rôle du mouvement, après avoir perdu l'essence et les signaux d'identité de celui-ci en tant qu'instrument de leadership et de lutte et après avoir adopté des procédés caractéristiques d'un système autoritaire ont été adoptées dans lesquelles des privilèges et des intérêts personnels oú cohabitent des privilèges et des intérêts personnels avec d'autres de nature tribale.
-Echec des instances et des institutions de l'État, devenues des simples propriétés privées, qui ont perdu leur condition de biens publics et d'instruments au service de la population.
- Absence d'autorité, de lois authentiques et de sécurité juridique dans notre environnement, ce qui a ouvert la porte à des phénomènes, parfois étranges à notre société, tels que le crime, le viol et le trafic de drogue.
- Apparition d'inégalités sociales significatives parmi la population comme résultad de la corruption et de l'injustice sociale.
-Régression de l'Intifada ou résistance dans les territoires occupés, en raison des différences et des rivalités entre les différents groupes d'activistes et de juristes. Cela a fait perdre à la résistance son élan et son dynamisme, restant limités ces derniers temps à des événements isolés et à des actions de moins en moins audacieuses et désordonnées.
- Le manque de perspectives pour le plan de paix de l'ONU, en raison des obstacles bâtis systématiquement par la puissance occupante, du manque de sérieux et de rigueur des organisations internationales, mais aussi par la confusion et l'improvisation de la partie sahraouie et son incapacité à trouver des alternatives et des instruments de pression capables de relancer le processus de paix en faveur des droits du peuple sahraoui et de ses aspirations.
C'est dans ce contexte dont les grandes lignes ont été énumérées ici qu'a apparu l'Initiative Saharaui pour le Changement. Son but n'est autre qu'une tentative sincère de promouvoir les réformes nécessaires de l'intérieur d'un système qui, pour des raisons de survie, doit relever les défis du présent et les expectatives de l'avenir et, ainsi, ressuciter l'esprit combatif et la fermeté d'antan, toujours sous l'emblême du Front Polisario, mais sur des nouvelles bases, en donnant priorité à cette volonté populaire qui réclame, aujourd'hui, de façon irréfutable et indéniable, l'ouverture d'un nouveau cycle, en nettoyant et en corrigeant les impuretés et les erreurs du passé. Pour atteindre cet objectif, il est essentiel de concentrer et faire converger tous les efforts dans une action collective, mature et responsable qui sauve la culture de la participation, la corresponsabilité et le dialogue au sein des institutions du mouvement et de l'Etat.
Sur la base de cette vision, l'Initiative Sahraouie pour le Changement a invité la direction politique à assumer la responsabilité historique qui est la sienne face à ce que toutes et tous considérons, expressément ou implicitement, une situation critique et avec des conséquences imprévisibles s'ils font cas omis de ces appels. D'où la nécessité urgente que la direction réponde aux exigences de l'ICS, en ouvrant le plus tôt possible, un débat à l'échelle nationale, transparent et démocratique, au sein de notre avant-garde de lutte, le Front Polisario. Ce débat doit être exhaustif, franc et impartial, sans complexes ni aucune sorte d'exclusions. Ce n'est que de cette manière que les foyers du mal peuvent être identifiés, diagnostiqués et en prescrire les remèdes pertinents.
L'ISC dénonce enérgiquement toutes les formes d'exclusion et de marginalisation adoptées en tant que sanction contre les défenseurs des réformes et contre quiconque oserait exprimer une opinion contraire au discours officiel. En outre, il condamne les accusations de trahison et d'autres campagnes de dénigrement contre les voix critiques et souligne que ces pratiques sont contraires aux valeurs et aux idéaux du Front POLISARIO et ses principes en faveur d'une société moderne fondée sur la démocratie et les libertés individuelles.
L'Initiative Sahraouie pour le Changement considère comme une nécessité indispensable la création d'un climat approprié pour le dialogue national dans la perspective du prochain Congrès Général, qui devrait se tenir aux dates prévues, sans retards, excuses ni aucun autre délai. Initiative assume comme siens les propos du collègue Secrétaire Général du Front Polisario, dans le sens que la corruption doit être éradiquée, qui constitue certainement un pas dans la bonne direction, mais il encourage fortement à associer aux proclamations des actions concrètes pour transformer les mots en actes, afin de renforcer l'organisation politique pour qu'elle retrouve son éclat et son autorité morale d'avant-garde.
Il est également considéré comme une priorité le renforcement de l'institution de l'héroïque armée sahraouie populaire, garant de la souveraineté nationale, en lui fournissant des  équipements et des ressources à la hauteur de son rôle de premier plan dans la sauvegarde des conquêtes et dans la lutte contre l'ennemi, ainsi que se préoccuper des  familles des martyrs et disparus, dont le sang ne doit pas être oublié, car il arrose les racines de nos gloires et de nos acquis.
Initiative pour le Changement estime nécessaire de fournir à l'institution législative ou Conseil National des prérrogatives appropriées pour l'exercice de ses fonctions, afin de contrôler l'action gouvernementale, lutter contre la corruption et les abus de pouvoir et assurer l'indépendance des organes de la justice à travers une réforme du pouvoir judiciaire.
En ce qui concerne les jeunes, nous plaidons pour une plus grande utilisation des capacités et du dynamisme de la jeunesse pour soutenir cette expérience et consolider les institutions du mouvement et de l'Etat. Cette participation doit être articulée sur la base de l'égalité des chances, loin du tribalisme et du népotisme et en encourageant l'innovation et la créativité d'un segment de la population que nous devons préparer pour recueillir, demain, le flambeau et les gouvernails du processus.
En ce qui concerne le plan de paix de l'ONU, nous devons changer de focalisation, en mettany une limite aux délais afin d'affecter davantage les centres de pouvoir et exercer une plus grande pression sur l'occupant marocain pour le forcer à respecter le droit international. Parallèlement, déployer une diplomatie plus active et énergique, pour freiner les revers et conquérir de nouveaux espaces. Cela doit passer par définir et établir des priorités politiques et médiatiques au-delà de la simple recherche d'aides humanitaires, en sélectionnant les ressources humaines nécessaires sur la base de critères objectifs, loin des affinités personnelles ou tribales.
Nous essayons de développer, à partir d'une nouvelle vision, des politiques capables de réactiver le front des territoires occupés, qui permettant de resserrer les rangs, de conjuguer et d'intensifier l'Intifada à partir d'une plus grande harmonisation des énergies et de la cessation de la fragmentation, sans perdre de vue les particularités et les conditions de chaque action et de chaque scénario de lutte et sans perdre la perspective globale de la grande bataille.
 Pour conclure, l'Initiative Sahraouie pour le Changement, étant consciente des défis de cette étape, appelle toutes les masses de notre peuple à interagir de façon constructive avec cette approche sérieuse et responsable, qui ne prétend nullement sous-estimer l'expérience disperser les rangs, comme certains le prétendent. Au contraire, c'est un engagement qui se conforme aux idéaux et aux principes du Front Polisario associés à la liberté et à l'indépendance totale.
Plateforme de coordination de l'ISC.

Source

Brasil : Una querella contra Emboirik por abuso y difamación

La familia de la ex-novia del diplomático saharaui Emboirik Ahmed ha depositado una querella ante la justicia brasileña contra él por abu...