LE MAROC PRIS EN FLAGRANT DÉLIT DE MENSONGE

Retournement de situation inédit de l’ONU dans l’affaire de Guerguerat, ville frontalière avec la Mauritanie et les territoires du Sahara occidental.


Dans un premier temps, la mission de l’ONU au Sahara occidental a indiqué qu’il n’y a pas eu de mouvements militaires suspects du Maroc au sud-ouest du Sahara occidental. Or, une note confidentielle de l’ONU prouve aujourd’hui tout le contraire. 


Le Maroc a été pris la main dans le sac dans l’affaire de Guerguerat, ou il feignait de construire une route goudronnée de trois kilomètres pour soi-disant chasser les affairistes de tous bords qui écumaient cette petite ville frontalière à cheval avec la Mauritanie et la « zone tampon » avec les territoires du Sahara occidental.


Le secrétariat général de l’ONU a adressé au Conseil de sécurité une note confidentielle, dévoilée par l’Agence Associated Press, dans laquelle il affirme que le Maroc « a violé l’accord de cessez-le-feu en déployant des agents de sécurité au-delà du mur de sécurité, dans la région de Guerguerat ». 


Cette note confidentielle émanant du Département des opérations de maintien de la paix, relevant de l’ONU, « accuse clairement le Maroc de violation de l’accord de cessez-le-feu du 15 octobre 1991 en envoyant des agents de sécurité armés et de l’équipement dans la région de Guerguerat, frontalière de la Mauritanie ». Même la presse marocaine reconnaît cette incursion de l’armée marocaine au-delà du mur de défense.


Selon le site électronique mag360, « l’opération lancée par le Maroc le 14 août pour nettoyer la région de Guerguerat frontalière de la Mauritanie n’a été entachée d’aucun incident. Le professionnalisme des forces de sécurité et le potentiel dissuasif des Forces armées royales ont réduit à néant les menaces du Polisario. 


La projection marocaine au-delà du mur de défense, pour sécuriser la région de Guerguerat frontalière de la Mauritanie, a mis à nu la théorie des « zones libérées » claironnée à tout vent par la machine de propagande séparatiste. 


Guerguerat, est depuis le 14 août courant le théâtre d’une opération de « nettoyage » menée avec brio par les forces de sécurité marocaines, sous l’œil vigilant des Forces armées royales qui, contrairement aux allégations mensongères du Polisario, ne sont pas intervenues » est-il écrit. Tout est dit. Le Polisario a dénoncé auprès de l’ONU l’opération dans une lettre adressée à son SG. 


Le SG du Polisario, Brahim Ghali, y récuse les explications marocaines et dénonce une « escalade systématique » du Maroc au Sahara occidental : « Toute argumentation présentée par l’occupant marocain pour ces agissements demeure infondée et sera rejetée », écrit Ghali. 


Et d’ajouter que les forces marocaines « ont mobilisé des unités militaires, en violation de la zone en question, soutenues par des unités mobiles de transport et de génie militaire, appuyées par une reconnaissance aérienne ». 


Le Maroc, qui a voulu présenter cette affaire comme une opération de salubrité publique, veut en réalité réoccuper cette bande frontalière en y plaçant ses unités de l’armée et de la police, une fois la route achevée. La région de Guerguerat, située au-delà du mur de défense, a été évacuée par les Forces armées royales au tout début des années 1990. 


Le Maroc a utilisé, comme à son habitude, une opération de « com » avec la complicité de certains médias français connus pour leur alignement aveugle aux thèses marocaines pour accréditer la thèse selon laquelle cette ville est utilisée par le Polisario pour s’adonner au trafic d’armes, de drogue, de voitures volées, d’hydrocarbures, etc.


Peine perdue pour le royaume, qui vient d’être une nouvelle démasqué comme lors du sommet de l’UA à Kigali où il a tenté de faire croire à l’opinion internationale qu’il a réintégré les rangs de l’UA. 


La fuite et venue cette fois ci d’une agence de presse internationale que l’on ne peut soupçonner de partialité ou d’avoir un penchant pour le Polisario. Pour rappel, le SG de l’ONU, Ban Ki-moon, a exprimé le 28 août dernier sa « profonde préoccupation » face à « la situation tendue » dans la région de Guerguerat. Face à cette nouvelle provocation du Maroc, il reste à savoir quelle réponse sera apportée par l’ONU et quelles sanctions seront prises à l’encontre de l’occupant marocain.

http://www.jeune-independant.net/Le-Maroc-pris-en-flagrant-delit-de.html

Posts les plus consultés de ce blog

Des sénégalaises esclaves en Arabie Saoudite

Sahara Occidental : Voilà pourquoi le Maroc ne veut pas lâcher prise

Visite d’un dignitaire sioniste au Maroc