Une reprise des hostilités possible entre le Front Polisario et le Maroc

Une reprise de la guerre dans les territoires du Sahara occidental occupés par le Maroc est possible si le Conseil de sécurité de l’ONU ne se décidait pas sur un calendrier pour un référendum sur l’autodétermination, a prévenu, hier en Espagne un haut responsable du Front Polisario, rapporte le journal britannique Daily Mail.

Bachir Mustafa Sayed, ministre conseiller du Secrétaire général du Front Polisario Mohamed Abdelaziz, a déclaré que la restauration de la Minurso ne suffirait pas à résoudre le conflit, et qu’un calendrier pour un référendum sur l’autodétermination devrait être établi pour de bon. La mission onusienne a pris fin en mars 2016, après que le Maroc ait ordonné l’expulsion de 84 de ses membres suite aux propos de Ban Ki-moon, jugés scandaleux par le Maroc, qui avait qualifié «d’occupation» le statut du Sahara occidental.

Lors d’un rapport publié la semaine dernière sur la situation au Sahara occidental, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, a appelé le Conseil de sécurité à prolonger d’un an la mission onusienne dans la région (Minurso), à compter du 30 avril prochain. Le Secrétaire général a également demandé dans son rapport à ce que l’organe de la Minurso soit réhabilité, afin de pouvoir poursuivre à bien son mandat. Le vote du Conseil de sécurité devrait avoir lieu ce jeudi.

Les propos de Bachir Mustafa Sayed interviennent alors que le rapport de Ban Ki-moon a également prévenu que l’expulsion du personnel civil de la Minurso sera probablement exploitée par « des éléments terroristes et radicaux», et pourrait conduire à une guerre à grande échelle. Le ministre conseiller sahraoui a par ailleurs démenti les spéculations suggérant que le soutien de l’Algérie envers le Sahara occidental pourrait diminuer si la santé du Président Bouteflika venait à se détériorer. « Les Algériens ont réaffirmé qu’ils étaient du côté des Sahraouis en toute situation », a-t-il déclaré .

M. O.


Sahara Occidental : Emboirik poursuivi par la justice brésilienne

La famille de l'ex-petite amie du diplomate sahraoui Emboirik Ahmed a porté plainte contre lui devant la justice brésilienne pour abu...