Scandales à répétition : qu'est-ce qui fait donc tenir Mankeur Ndiaye ?

Encore un scandale de plus, après la fameuse intoxication au diner de l'Elysée, mais l'homme est là, debout

Les récentes révélations sur les faveurs réclamées et accordées au Ministres des Affaires Etrangères du Sénégal, Mankeur Ndiaye, ne sont que la énième d'une longue série de scnadales qui entachent notre diplomatie, fragilisent notre pays, entament son image. Mais sans doute la plus insupportable des pratiques, notamment quand il est manifestement indiqué qu'il s'agit de faveurs accordées à des proches du ministre, malgré les « précisions » qui nous parviennent de ses affidés.

Après le premier démenti, de nouvelles preuves viennent l'accabler, qu'il lui sera difficile de réfuter, Encore, quand s'ajoute au fait de corruption, des pratiques peu saines contre son ancien mentor et ministre, Cheikh Tidiane Gadio.

Mankeur Ndiaye ne peut pas s'en tirer à si bon compte et faire comme si. Jusqu'ici, nous avons eu des scandales qui, quoique plus graves les unes que les autres, relevaient pour beaucoup de la vie privée de Monsieur Mankeur Ndiaye : vol de téléphone cellulaire et d'ordinateur portable á la veille du Sommet de l'Oci á Dakar, disparition lors d'une grande rencontre consacrée à la préparation du sommet de la Francophonie, justifiée par une intoxication aux crevettes à la suite d'un diner à l'Elysée (le comble est que l'Elysée a indiqué que des crevettes n'y ont pas été servies), soirées arrosées dans une maison close de Mermoz. Cette fois, il s'agit de l'image que renvoie notre diplomatie, notre pays, au moment où le discours est à la restauration au plan diplomatique.

Qu'avons-nous en retour ? Des relations tendues avec notre voisinage, qui étaient pourtant notre priorité, une diplomatie économique qui n'est jamais sortir du cadre de nos relations traditionnelles avec nos partenaires et les pays amis. Mais surtout, un positionnement flou dans le Moyen-Orientm marqué par la reprise des relations avec l'Iran, pays avec lequel nous avons rompu après des preuves avérées qu'il tentait de financer le MFDC. Aujourd'hui qu'il est question de faveurs octroyées, il est légitime de se poser la question de savoir ce qu'a coûté cette porte ouverte à l'Iran, qui continue pourtant de financer notre position.

La seule note positive, c'est notre entrée au Conseil de Sécurité. Malgré le bavardage qui l'accompagne, il s'agit simplement d'une entrée en même temps que d'autres pays africains beaucoup plus discrets que nous, meme si nous nous gaussons d'avoir eu le plus grand nombre de votes. Cette adhésion, il faut plutot la mettre à l'actif de nos diplomates émérites, à la tête desquels notre brillant ambassadeur Fodé Seck. Mais que nous vaut cette honneur, devant tant de déshonneurs ? Nos diplomates les plus chevronnés, face à cette légèreté dans le comportement, rasent les murs et osent à peine lever la tète. Jamais l'Etat n'a consenti autant d'efforts pour le rayonnement de notre diplomatie, jamais nous n'avons été l'objet d'autant de faits divers qui suscitent l'hilarité et parfois les moqueries dans les différentes chancelleries occidentales.

Les accusations qui étaient portées contre le jeune Consul du Sénégal à Marseille, Tamsir Faye, lui avaient valu un liñogeage rapide et brusque à la demande de Monsieur Mankeur Ndiaye. Sans la moindre preuve pourtant, à cote de cette lettre accablante qui nous vient des marocains eux-mêmes. Le même s'est défaussé sur le général Dia, accusé de tous les maux, attaqué publiquement dans son honneur par le meme Mankeur Ndiaye, qui est pourtant le seul responsable moral de cette débacle, étant l'autorité admonistrative chargée de la bonne marche de tous ses services. Faut-il là rappeler qu'à aucun moment, le ninistre des Affaires étrangères ne s'est rendu au hanagar des pèlerins pour les assiter et les soutenir ? Ce qui, néanmois, laisse les sénégalais pantois, c'est l'inaction face à de telles dérives, quand on sait l'inutitilité politique de Monsieur Ndiaye et sa mauvaise image au sein de l'opinion : action de puissants lobbys et de vaillantes « confréries » ? La confirmation de la condamnation du Sénégal par l'ONU, dans l'affaire Karim Wade, vient rappeler la légèreté avec laquelle son dossier a été oublié dans le bureau de Mankeur Ndiaye, conduisant à la forclusion de l'Etat dans ses réponses à la plainte déposée par les avocats de M. Wade. Ce fait grave, à lui tout seul, devait conduire à la démission de Monsieur Ndiaye. Le Président Sall pourra-t-il encore expliquer son maintien à la tète de la diplomatie sénégalaise ?

AMD

SENEMEDIA, 28/01/2016

Posts les plus consultés de ce blog

Des sénégalaises esclaves en Arabie Saoudite

Sahara Occidental : Voilà pourquoi le Maroc ne veut pas lâcher prise

Visite d’un dignitaire sioniste au Maroc