Ban Ki-moon peut toujours rêver !

par Moncef Wafi


Quel crédit et surtout quelle résonance donner à l'appel insistant du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon qui a appelé, ce mercredi soir depuis New York, à de «véritables» négociations entre le Front Polisario et le Maroc qui doivent être lancées dans les prochains mois avec pour but aboutir à l'autodétermination du peuple sahraoui. 

Evoquant le travail de titan abattu par son envoyé spécial, Christopher Ross, le Sud-Coréen regrette l'échec des négociations de 2007 à New York entre les deux parties qui devaient en principe déboucher sur l'ouverture de négociations auxquelles la communauté internationale avait appelées. Une première cartouche tirée à blanc et il aura fallu presque neuf ans pour s'offrir une seconde ou deuxième chance, selon les résultats des prochaines négociations entre le Polisario et le Maroc, pour clore le dossier sahraoui. 

Pour Ban Ki-moon et le reste du monde, la solution la plus naturelle à ce conflit est l'autodétermination du peuple du Sahara Occidental mais pour Mohamed VI, pour qui le Maroc ne lâchera jamais «son» Sahara, «l'initiative d'autonomie est le maximum que le Maroc puisse offrir», devait-il déclarer dans un discours prononcé à l'occasion du 39e anniversaire de la «Marche verte» sur le Sahara Occidental annexé par le Maroc depuis 1975. Une solution rejetée par le Polisario qui réclame un référendum d'autodétermination. 

Devant l'imperméabilité du royaume alaouite, il n'est pas difficile de deviner l'issue de ces négociations que d'aucuns estiment qu'elles connaîtront le même sort que celles de Manhasset et du coup, une perte de temps dans le règlement du conflit qui profite pleinement à Rabat. Ce dossier, source permanente d'une tension dans la région et qui empoisonne le climat entre le Maroc et l'Algérie, devra être solutionné, et définitivement, par les instances onusiennes. Le Conseil de sécurité de l'ONU doit prendre une décision forte et responsable pour mettre le Maroc devant ses responsabilités mais malheureusement, l'argent de la diplomatie de Sa Majesté est passé par là. Le Snowden marocain révélait que l'entourage proche de l'ex-Haut-commissaire pour les Droits de l'homme (HCDC), Navi Pillay, était infiltré par le Maroc pour manipuler la gestion du dossier des violations des droits de l'homme au Sahara Occidental. 

Le Makhzen avait mis en place une véritable stratégie d'infiltration et de pression sur la première responsable du HCDC à travers son entourage l'influençant directement dans le dossier sahraoui. Dépassant le simple travail de lobbying, les documents de la Mission marocaine à Genève, piratés par le hacker cyber-activiste, mettent en lumière un maillage pour cadenasser le dossier des droits de l'homme au Sahara Occidental. Appui financier, fuites d'informations sensibles, pressions et manipulations ont été les armes favorites du Maroc pour éviter de se faire épingler sur cette question, jusqu'à aujourd'hui. Une stratégie payante puisqu'elle a permis de faire avorter une tentative d'élargissement du mandat de la mission de l'ONU au Sahara Occidental (Minurso) à la question des droits de l'homme. Washington ayant élaboré un projet de résolution en ce sens au Conseil de sécurité avant de renoncer face au lobbying de Rabat. 

Les prochaines négociations seront-elles les bonnes ? Malheureusement non au vu des intérêts économiques des puissances occidentales, la France, en premier, qui continue de peser de tout son poids.


Posts les plus consultés de ce blog

Des sénégalaises esclaves en Arabie Saoudite

Sahara Occidental : Voilà pourquoi le Maroc ne veut pas lâcher prise

Visite d’un dignitaire sioniste au Maroc