Le trafic des carburants alimenté par les bons-cadeaux du gouvernement

Sidahmed Beri, SG du gouvernement sahraoui
Lebreiga, une zone qui fait partie du territoire mauritanien, a été utilisé par les contrabandiers sahraouis comme base de ramassage du diesel pour sa vente en Mauritanie. 


En 2013, le gouvernement mauritanien a expulsé les contrabandiers qui se sont installés pas loin dans les frontières du Sahara Occidental tout près du poste de douanes sahraouies. Pour sa part, les douanes algériennes ne laissent pas passer plus de 200 litres (un barril) de gas-oil comme mesure pour lutter contre la contrebande de carburants qui risque d'être vendu au Mali où la France, à l'aide de l'Algérie et le Mauritanie, lutte contre les mouvements terroristes du MUJAO et Ansar Eddine.


Malgré toutes les mesures prises par les Etats de la région, Lebreiga, le centre de contrebande de gas-oil, existe toujours. Des questions se sont posées sur ses moyens de ravitaillement. La réponse vient de sortir à la lumière suite à une investigation faite par une commission spéciale du Parlement sahraoui.


Soudain, les stocks en carburants se sont épuisés et la crise est arrivée aux wilayas des réfugiés et aux différentes institutions de la République. Les protestations sont arrivées au Parlement qui a décidé d'ouvrir une enquête. Résultat : la cause de la crise sont les cadeaux (des bons de 200 litres de gas-oil) que le Premier Ministre Abdelkader et son adjoint Sidahmed Béri donnent à gauche et à droit pour s'acheter la sympathie des uns et le silence des autres pour différentes raisons. L'accumulation des bons du gouvernement sont le moteur qui maintient en vie les opérations de contrebande de gas-oil.

Posts les plus consultés de ce blog

Des sénégalaises esclaves en Arabie Saoudite

Sahara Occidental : Voilà pourquoi le Maroc ne veut pas lâcher prise

Visite d’un dignitaire sioniste au Maroc