Le prouesses sexuelles de l’ambassadeur Omar Hilale - Omar Hilale – Kompass, une relation plus que douteuse

Dans les notes confidentielles publiées par le hacker français Chris Coleman_24, le nom d’Anders Kompass est cité des dizaines de fois.

Kompass est de nationalité suédoise et il est le directeur des opérations au sein du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’Homme. Omar Hilale, ambassadeur du Maroc à Genève à l’époque avait réussi à le recruter et le mettre à son service. Dans les notes dévoilées par Coleman, Hilale le décrit comme « mon ami », « notre ami », « mon confident »… Il est une des principales sources du diplomate marocain notamment dans la question du Sahara Occidental.

Selon les mêmes notes, les exploits de Kompass sont nombreux. Il a réussi à manipuler l’ancienne Commissaire aux Droits de l’homme, Mme Navi Pillay. Il a réussi à empêcher une rencontre avec le président de la RASD, Mohamed Abdelaziz, mais surtout il a réussi à empêcher que Mme Pillay se prononce en faveur d’une surveillance par la MINURSO de la situation des droits de l’homme au Sahara Occidental. C’est dire que l’ambassadeur Hilale lui doit une fière chandelle. Ses « prouesses » ont aidé à la « promotion » de Hilale. Sa centrale l’a nommé ambassadeur du Maroc auprès des Nations Unies. 

Même après sa mutation à New York, Hilale a continué à recevoir des rapports de son agent à Genève, Anders Kompass. Quel est le secret d’un tel dévouement ? La réponse se trouve dans les lettres adressées par Hilale à sa centrale de Rabat. Il l’accueillait souvent dans sa loge, ce qui dénote des relations trop intimes. L’abnégation avec laquelle travaillait Anders pour défendre les intérêts du Maroc au sein du Haut Commissariat aux droits de l’homme trahissent une relation sexuelle entre les deux personnages. Les tendances homosexuelles de Kompass ne laissent aucun doute sur la nature des relations qu’il entretenait avec le diplomate marocain.

Posts les plus consultés de ce blog

Des sénégalaises esclaves en Arabie Saoudite

Sahara Occidental : Voilà pourquoi le Maroc ne veut pas lâcher prise

Visite d’un dignitaire sioniste au Maroc