France Sarkozy…presque candidat

Le Président français a laissé entendre très clairement hier qu'il était «déterminé» et qu'il ne se déroberait pas à son rendez-vous avec les Français.

«J'ai un rendez-vous avec les Français, je ne m'y déroberai pas et franchement, ça approche», a-t-il affirmé lors d'une intervention télévisée, alors qu'il n'a pas encore officialisé sa candidature que tous les observateurs et le milieu politique considèrent comme acquise.
Share:

AVEC LES AMITIES D'HILLARY


par M. Saadoune

Hillary Clinton va venir en Algérie. On peut y voir, à juste titre, un soutien des Etats-Unis au régime algérien dans une entreprise de réformes qui suscite, en interne, un grand scepticisme. Dans ce domaine, on est dans la continuité : ce qui prime pour Washington, c'est, outre le traditionnel secteur de l'énergie, la contribution apportée par Alger à la lutte antiterroriste. Cet aspect a encore pris du relief avec les effets, non encore établis avec certitude, de la guerre en Libye sur la situation sécuritaire dans le Sahel. Ceux qui attendent,
Share:

Christopher Ross accuse le Maroc de bloquer le processus de paix au Sahara

NEW YORK (SIWEL) — L'envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU au Sahara occidental Christopher Ross a affirmé que le Maroc reste la raison qui fait perdurer le conflit du Sahara vieux de 36 ans.

Le blocage persiste car le Maroc tient toujours à son plan d'autonomie pour le Sahara sous sa souveraineté comme l'unique solution. Chose que le Font Polisario refuse, a-t-il dit lors d'une rencontre avec le centre onusien de l'information. 
Share:

Ross: Nous espérons que le peuple du Sahara occidental puisse jouire de tous les droits de l’homme, y compris la liberté d'exprimer ses opinions sur son avenir

M. Christopher Ross
L'Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, Christopher Ross, a exprimé, lors d’une interview publiée vendredi sur le site d'actualités de l'ONU, l'espoir que le peuple du Sahara occidental, que ce soit sur le territoire ou dans les camps de réfugiés, jouissent de tous les droits humains, y compris la liberté d'exprimer ses opinions sur son avenir et que les négociateurs prennent en compte ces opinions.

Ross a rappelé que dans ses résolutions de chaque année, le Conseil de sécurité a demandé aux parties de parvenir "à une solution juste, durable et mutuellement acceptable qui prévoit l'autodétermination du peuple du Sahara Occidental».

«Maintenant, le Conseil de sécurité attend que les parties négocient une solution politique à l'aide de l'ONU, des pays voisins et de la communauté internationale", a-t-il ajouté.

Christopher Ross a déclaré que l'ONU "a travaillé pour mettre en œuvre des mesures de confiance afin de faciliter le retour des réfugiés une fois conclu l’accord." «L'ONU a pris un plus grand intérêt pour la question des droits humains», a déclaré le diplomate.

Sur l’absence de conflit de l’agenda onusien, Ross a noté que «l'absence d'une crise imminente prive ce conflit de l'attention de la communauté internationale."

L'Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations Unies pour le Sahara occidental a annoncé que les parties tiendront un nouveau round de négociations à Long Island, Etats-Unis.
Share:

Boko Haram, Aqmi et les armes libyennes : Les craintes de l’Onu

La guerre civile en Libye aurait permis à des groupes armés africains tels que Boko Haram et Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) d’accéder à de vastes caches d’armes, selon un rapport de l’Onu publié jeudi.
Selon ce document, qui analyse l’impact de la guerre civile en Libye sur les pays du Sahel, les autorités de certains pays estiment que la secte islamiste Boko Haram, responsable de la mort de 500 personnes en 2011 et de plus de 250 autres cette année au Nigeria, entretient des liens de plus en plus étroits avec Aqmi. Le Conseil de sécurité de l’Onu discutera jeudi soir du rapport rédigé par une équipe d’évaluation de l’Onu, après enquête auprès des responsables des différents pays. "Les gouvernements des Etats visités estiment que malgré les efforts mis en œuvre pour contrôler leurs frontières, de vastes quantités d’armes et de munitions issues des stocks libyens parviennent à entrer illégalement au Sahel", écrivent les auteurs.
"Certaines de ces armes pourraient être cachées dans le désert et vendues à des groupes terroristes comme Al Qaïda au Maghreb islamique, Boko Haram ou d’autres organisations criminelles."

Boko Haram s’étend hors du Nigeria

Les armes évoquées par le rapport sont des "lance-grenades, des mitrailleuses avec visée anti-aérienne, des fusils automatiques, des munitions, des grenades, des explosifs, ainsi que de l’artillerie légère anti-aérienne montée sur véhicule". Certains pays estiment que ces armes ont été livrées clandestinement par d’anciens combattants de Libye, soldats de l’armée et mercenaires à la solde de Mouammar Kadhafi.
"Le Nigeria n’est pas le seul pays à s’inquiéter des activités de Boko Haram sur son territoire. Des responsables du Niger ont également affirmé à l’équipe onusienne que Boko Haram avait apparemment des liens avec Al Qaïda, qu’elle "répandait déjà ses idées et sa propagande et avait réussi dans certains cas à obtenir la fermeture d’écoles publiques". "Même si Boko Haram a concentré ses attaques terroristes sur le Nigeria, sept de ses membres ont été arrêtés alors qu’ils se déplaçaient entre le Niger et le Mali en possession de manuels sur la fabrication d’explosifs, de brochures de propagande, ainsi que de contacts de membres d’Aqmi qu’ils devaient prétendument rencontrer", affirme le rapport.

Nigeria : Un Allemand kidnappé près de Kano

Un ingénieur allemand a été enlevé près de Kano, deuxième ville du Nigeria à nouveau secouée jeudi par une explosion, moins d’une semaine après une série d’attaques revendiquée par un groupe islamiste qui ont fait 185 morts. Des ravisseurs en voiture ont enlevé dans la matinée Edgar Raupach, ingénieur travaillant pour la société de construction nigériane Dantata et Sawoe, a indiqué à l’AFP un porte-parole de la police, Magaji Majia.
"Ils l’ont menotté et mis dans le coffre avant de filer à grande vitesse", a-t-il poursuivi. Les ravisseurs, dont il a dit ignorer l’identité, n’ont pas contacté la police, a ajouté le porte-parole. Un responsable de l’ambassade d’Allemagne au Nigeria a déclaré que son équipe était en train de vérifier les déclarations de la police. "Le ministrère des Affaires étrangères et l’ambassade d’Allemagne travaillent très dur" sur cette affaire, a déclaré ce responsable sous couvert d’anonymat.
 
Agences
Share:

Algerie Maroc: Le droit de savoir

La normalisation des relations entre l'Algérie et le Maroc est tributaire du courage de se dire toutes les vérités, y compris celles tues pour des raisons d'Etat : c'est le prix pour ce Maghreb fantasmé, uni, durable et fraternel.

La question de la «normalisation» des relations entre l'Algérie et le Maroc est revenue à la «une» de l'actualité avec la visite du ministre des Affaires étrangères marocain à Alger et, comme à l'habitude, a été habillée par un discours politique cauteleux, mielleux, tartuffard,
Share:

Le printemps arabe dépoussière le projet de ressusciter le Maghreb Arabe

Le changement qui a touché plusieurs régimes de la région du nord de l’Afrique a réchauffé les relations entre l’Algérie et le Maroc. Un dialogue a été amorcé entre les dirigeants des deux pays sur la possibilité de normaliser complètement les relations, après une période de gel qui a duré plusieurs années.

L’Algérie n’a pas laissé passer le message du roi marocain en novembre qui appelait à un rapprochement et a indiqué la volonté du royaume marocain d’une normalisation complète avec le voisin algérien, puisque le président Abdelaziz Bouteflika a répondu qu’ « il était en de bâtir l’union du Maghreb Arabe »,
Share:

Maroc-UE : Communiqué du Parlement européen

La proposition d'accord de libéralisation des échanges commerciaux pour les produits agricoles et de la pêche entre l'UE et le Maroc a été approuvée, jeudi, par la commission du commerce international. Si cet accord est approuvé par le Parlement dans son ensemble, il libéralisera sans délai les échanges commerciaux pour 45 % des exportations européennes (en valeur) vers le Maroc et 55 % des importations de l'Union en provenance du Maroc.

Une majorité de députés de la commission du commerce international ont voté contre la recommandation originale de José Bové (Verts/ALE, FR), qui appelait le Parlement à ne pas donner son feu vert à l'accord et ont, par conséquent, voté par 21 voix contre 7, avec une abstention, pour que le Parlement l'approuve.

S'il était approuvé par le Parlement dans son ensemble, l'accord libéraliserait sans délai 45 % des exportations de l'UE (en valeur). Sur une période de transition de 10 ans, cette part se monterait à 70 %. En outre, l'accord libéraliserait aussitôt 55 % des importations européennes en provenance du Maroc (en valeur) et accroîtrait également les concessions dans le secteur des fruits et légumes.

Toutefois, l'accord proposé prévoit également un système de prix d'entrée et de contingents tarifaires pour les produits européens sensibles (en particulier les tomates), ainsi que des mesures de sauvegarde, à appliquer si les importations marocaines perturbent fortement le marché européen.

Selon la proposition, les aliments en conserve, la plupart des fruits et légumes (à l'exception des haricots, des amandes et des pommes), les céréales (à l'exception du blé tendre et du blé dur) et la plupart des produits laitiers (à l'exception du lait UHT et de la poudre de lait entier) issus de l'Union européenne seraient totalement libéralisés d'ici 10 ans. Les contingents tarifaires pour les produits non libéralisés, tels que la viande, les salaisons, le blé tendre ou l'huile d'olive, feraient également l'objet d'une augmentation.

Les importations de la plupart des produits marocains sensibles sur le marché européen, tels que les tomates, l'ail, les concombres, les courgettes, les clémentines, et les fraises, ne seraient pas complètement libéralisées, mais les contingents tarifaires seraient augmentés alors que le système de prix d'entrée - qui fixe le prix minimum pour ces produits lorsqu'ils entrent sur le marché européen - serait maintenu.

M. Bové a expliqué que cet accord placerait les agriculteurs européens dans une situation de concurrence plus difficile, qu'il entraverait le développement d'une agriculture équilibrée au Maroc et ne garantirait aucunement que le Maroc cessera d'avoir recours au travail des enfants ou permettra aux agriculteurs marocains de rejoindre des syndicats, chose interdite à l'heure actuelle. Des contrôles inadéquats sur les quantités de biens importés, de faibles prix d'entrée pour les produits marocains et l'inclusion du Sahara occidental dans l'accord proposé figurent parmi les inquiétudes qu'il a mentionnées.

Prochaines étapes

L'accord de libéralisation des échanges commerciaux sera soumis aux voix lors de la prochaine session plénière à Strasbourg (du 13 au 16 février 2012). S'il est approuvé par le Parlement dans son ensemble, rien ne pourrait apparemment empêcher son entrée en vigueur, une fois les formalités d'approbation terminées.
 
Rédaction/Agences
Share:

L'ONU change sa stratégie au Sahara Occidental: Les ressources naturelles seront la clé de la solution

Les Nations Unies, impuissante face au conflit du Sahara occidental, a changé de stratégie. Elle rejette la position des deux parties, ni autonomie ni référendum, et appelle à accorder à la gestion de l'exploitation des ressources naturelles comme premier pas pour avancer. Christopher Ross a reconnu dans une interview que «l'absence d'une crise imminente prive ce conflit de l'attention de la communauté internationale". Ross conclut que "la violation des droits humains est de plus en plus grave."

L’ONU a vu dans l'argent, dans l'exploitation des ressources naturelles du Sahara occidental, de plus en plus convoitées, la façon d’avancer dans la résolution du conflit qui maintient des milliers de personnes déplacées dans le désert et un état de siège pour les citoyens Sahraouis vivant au Sahara occidental, qu’ils appellent Territoires occupés. Jusqu'à présent c’est le Maroc qui gère les ressources naturelles.

En 2004, l'ONU renonça à l’élaboration de plans soumis aux parties et a opté pour laisser le Maroc et la RASD négocier et rapprocher leurs positions en se limitant au rôle de superviseurs, avec l'Algérie et la Mauritanie, des invités qui ne sont pas en pierre. Mais les deux parties détiennent des positions que les Nations Unies considère comme exclusifs et Ross soutient également que "une partie a élaboré un plan qui lui est propre loin des propositions faites par l'ONU pour résoudre le conflit."

Le printemps arabe et «l'absence d'une crise imminente prive ce conflit de l'attention de la communauté internationale", selon Ross, raison pour laquelle "il ne peut rester stagnant dans le temps". Le Sahara occidental, "ancienne colonie de l'Espagne de la taille de la Grande-Bretagne" devra canaliser son avenir à travers la «gestion des ressources naturelles et le déminage du territoire», a déclaré Ross comme premières étapes pour avancer vers une solution définitive. La politique serait reléguée à une solution plus économique et sécuritaire. Le référendum deviendrait moins important que le titulaire du contrat.

Pour la région, le risque est "une escalade militaire et la possibilité de l’augmentation de l'activité terroriste".

L’ONU affirma, reconnaît Ross dans l'interview publiée par le site Web de cette organisation, qu’il "reste à voir si cette approche conduit à des mouvements dans le sujet central des discussions". L'envoyé spécial de l'ONU pour le Sahara occidental a déclaré que «l'absence de solution a imposé des risques croissants  et des coûts pour les deux parties et pour le Maghreb."

Pour les parties, toujours selon les paroles de Ross, «Le risque est la reprise des hostilités, le déclenchement de mécontentement populaire et le recrutement de sahraouis chômeurs frustrés par des groupes terroristes et criminels". Il mentionne également qu'il ya des coûts "pour les réfugiés et les violations des droits de l’homme, en plus des frais d'entretien des forces militaires". Mais surtout, Ross souligne que l'un des plus grands coûts pour les parties et la communauté internationale est "l'incapacité à planifier l'utilisation des ressources naturelles du Sahara Occidental d'une manière appropriée".

Pour la région, le risque est "une escalade militaire et la possibilité d'une activité terroriste accrue,« quelque chose qui lui préoccupe, mais il remet de nouveau sur table l'argument de l'économie: "Des bénéfices sont perdus à cause de l'absence d'intégration économique". Ross cite la chute de Kadhafi comme une source de ressources militaires dans la région.

«Certaines personnes pensent que le conflit n'est pas encore mûr", a déclaré Ross, bien que les récents événements "pourrait encourager les parties à entamer un processus de negotiation plus sérieux". Les Nations-Unis affirment avoir détecté "plus de mécontentement parmi les jeunes", et aussi plus d'activisme pour "l'unité du Maghreb", des faits qui, à son avis, peuvent contribuer à sortir de l’impasse.

Fin février, l'ONU portera ces idées aux deux parties dans les négociations prévues à Long Island, Etats-Unis. Ross conclue l'entretien en rappelant à la communauté internationale que "il n'est pas suffisant de continuer à parler du conflit sur de positions fixes, le peuple du Sahara occidental dans les camps de réfugiés ou au Sahara Occidental devrait profiter de tous les droits humains, y compris la liberté d'exprimer ses opinions sur son avenir. "

Des autres pays du Maghreb, Ross attend que l’on voit d’une fois pour toutes "les avantages pour tous et contribuent à trouver une solution à la tragédie humaine engendrée par ce conflit."

Txema Santana

Guinguinbali, 27/1/2012
Share:

L’ONU fait le point sur l’impact de la crise libyenne sur le Sahel

New York (APS) - Le Secrétaire général adjoint de l’ONU aux affaires politiques, Lynn Pascoe, a présenté jeudi devant le Conseil de sécurité les résultats de la mission d’évaluation inter-agences déployée par le chef de l’ONU pour examiner l’impact de la crise libyenne sur la région du Sahel.

‘‘Certains problèmes sont directement liés à la chute du régime d’El Gueddafi en Libye, mais les interlocuteurs de la mission ont souligné que la plupart des problèmes sont plus anciens’’, a affirmé M. Pascoe.
Share:

Le mur du Sahara à Gap

« L’autre côté du mur », film réalisé par Denis Véricel et produit par APSO a été projeté ce mercredi 24 janvier 2012 à Gap, dans les Hautes Alpes, à l’initiative de l’association Solidmar05 devant un comité de militants très actifs et en présence du sportif Sahraoui de haut niveau Salah Eddine Amaidan.

Le film donne la parole aux sahraouis qui racontent l’histoire de leur peuple, de leur pays (le Sahara Occidental, ancienne colonie espagnole envahie par le Maroc en 1975, ndds), la dernière colonie d’Afrique, coupé en deux par un mur de 2700 km de long.
Share:

La relance des relations algéro-marocaines s'avère timide

La visite de deux jours (23 et 24 janvier) effectuée par le ministre marocain des Affaires étrangères à Alger constitue un geste politique fort de la part du nouveau gouvernement de Rabat. La capitale algérienne constitue en effet la première destination de Saad Eddine Othmani. Il s’agit en outre du premier déplacement d’un chef de la diplomatie marocaine en Algérie depuis 2003. Cette rencontre n’a pas pour autant débouché sur l’annonce de mesure spectaculaires. Ni la frontière commune ne sera rouverte, ni la question du Sahara Occidental ne connaîtra d’avancée.
Share:

France / Présidentielle : Sarkozy mal parti ?

Sondage - Le Président français sortant s’est, pour la première fois, laissé aller à évoquer une défaite devant quelques journalistes, en marge d’un déplacement en Guyane, une confidence qui a inquiété ses partisans déjà fébriles.

Nicolas Sarkozy, qui a choisi de ne déclarer sa candidature à la présidentielle des 22 avril et 6 mai prochain qu’en février au plus tôt, est à la peine dans les sondages qui le donnent tous perdant face au candidat socialiste, François Hollande.En effet, une grande majorité de Français, 56%, déclarent en janvier préférer le candidat François Hollande (PS) et encore plus, 64%, François Bayrou (Mouvement Démocrate MoDem) au président sortant Nicolas Sarkozy, en prévision de l’élection présidentielle en avril, selon un sondage de l’Institut français d’opinion publique (Ifop) rendu public hier soir.
Share:

UMA, Sahara occidental, révolutions arabes… Alger et Rabat à l’épreuve de lourds dossiers

La visite du chef de la diplomatie marocaine, sa première, en Algérie, survient dans un moment crucial, marqué par des développements géostratégiques inédits dans certains pays du Maghreb, la Tunisie et la Libye en l’occurrence.

Mais est-ce pour autant qu’Alger et Rabat s’échineraient-ils à aplanir leurs différends sur de si lourds dossiers que la réouverture des frontières terrestres entre les deux pays et celui du Sahara occidental ?

La question mérite bien d’être posée, d’autant que l’Algérie et le Maroc font montre, depuis quelques mois déjà, d’un réchauffement de leurs relations,
Share:

Le ministre marocain des Affaires étrangères à Alger pour resserrer les liens

ALGER, 23 jan 2012 (AFP) Le nouveau chef de la diplomatie marocaine Saad Eddine Othmani est arrivé lundi à Alger pour sa première visite à l'étranger afin de resserrer les liens des deux voisins et dynamiser l'Union du Maghreb arabe, plombée pendant des années par la tension entre Alger et Rabat.

M. Othmani, un des principaux dirigeants du parti islamiste modéré Justice et Développement (PJD) vainqueur des législatives de l'an dernier, a été accueilli à sa descente d'avion à l'aéroport Houari Boumediene, en provenance du Caire, par son homologue Mourad Medelci.
Share:

Libye : Sous-traitance pour mater les milices?

SOUS-TRAITANCES 

par M. Saadoune

Sans surprise, l'après-Kadhafi en Libye est marqué par une incapacité du nouveau pouvoir à reprendre les choses en main. Le système étatique a été détruit – déconstruit – brutalement et sa reconstruction est loin d'être une simple sinécure.

Au début de l'année, le président du CNT, Moustapha Abdeljalil, désignait les milices comme étant la source du mal qui pourrait plonger le pays dans la guerre civile. Aujourd'hui, le même CNT, après que son siège eut été saccagé à Benghazi, désigne des éléments de l'ancien régime. Trop facile.
Share:

Egypte : un clash entre l'armée et les islamistes en gestation

par Kharroubi Habib 

La révolution de la place «Tahrir», qui a mis fin à la dictature de Moubarak et de son clan, ne doit rien aux islamistes. Pourtant, ce sont eux qui en sont les grands bénéficiaires au terme du scrutin des élections législatives organisées dans le pays après la démission de l'ex-raïs et la chute de son régime. Le Parti de la liberté et de la justice (PLJ), issu des Frères musulmans, et celui d'El-Nour, des fondamentalistes salafistes, ont en effet trusté les deux tiers des 498 sièges de la nouvelle Assemblée populaire égyptienne. 
Share:

Le Qatar, fer de lance de la diplomatie étasunienne, et la France plurielle

Unique pays wahhabite hors l’Arabie saoudite, l’émirat qatari est une péninsule de 11 437 Km2 soit un peu plus que la Corse, indépendant depuis 1971, peuplé d’un million et demi d’habitants dont seuls 200 000 sont des qataris de souche ! Pétrole et gaz naturel y abondant (3e producteur mondial), le revenu par tête de pipe y est l’un des plus élevés au monde, nul ne payant d’impôts, tous disposent de transports et d’un système de santé gratuits… aucun Qatari – parce que riche avant de naître – ne se voit donc contraint de travailler pour gagner son pain à la sueur de son front, la main d’œuvre servile s’en charge.
Share:

La CE cherche un nouvel accord de pêche avec le Maroc

Le 5 janvier, la Commission Européenne a publié une demande aux États membres de l'UE, sollicitant leur appui pour mener des négociations avec le Maroc afin de parvenir à un nouveau protocole de pêche à long terme. Les zones de pêche couvertes par l'accord envisagé incluent aussi les eaux du Sahara Occidental.


La Commissaire Européenne pour la pêche Maria Damanaki a indiqué qu'elle cherche à établir un nouveau protocole de pêche "en ligne avec la position exprimée par le Conseil de l'UE et le vote au Parlement Européen".
Share:

Pour un Maghreb Pacifique : Trouver d’abord une solution au problème du Sahara…


L'ex-députée algérienne, Sabah Bounour, avait au cours d’une intervention, à l »’occasion de la rencontre de la jeunesse Maghrébine, organisée en fin décembre dernier à Nouakchott, déploré l’absence de représentants de la jeunesse sahraouie.

Après sa question « pourquoi les sahraouis sont absent à cette rencontre », les organisateurs avaient alors répondu que ces derniers avaient été invités pour prendre part à ce colloque,
Share:

Les Etats-Unis finançaient des ONG arabes via le Maroc

Les Etats-Unis auraient utilisé des ONG arabes, et notamment marocaines, pour transférer de l’argent à des organisations des droits de l’Homme égyptiennes, d’après Wikileaks.

Un câble de l’ambassade américaine au Caire datant du 30 avril 2009 et diffusé par Wikileaks, indique à ce propos clairement que l’ONG égyptienne des droits de l’Homme a reçu un financement d’une instance américaine à plusieurs reprises.

Algérie-plus, 18/1/2012
Share:

Les notations d’Etats et d’institutions font craindre un éclatement de l’Eurozone

ALGER - La dégradation d’un cran du Fonds de soutien de la zone euro (FESF) par S&P lundi, dans le sillage de l’abaissement de la note de neuf pays de la région, a relancé undébat conflictuel sur la nécessité de renflouer ce mécanisme indispensable dans la gestion de la crise et ressuscité les craintes d’un éclatement de l’eurozone, commentent les experts.

L’agence qui a abaissée d’un cran, à "AA+" la note à long terme du Fonds,
Share:

Le Maghreb avec les Sahraouis

Par Noureddine Khelassi 

A Tunis, pour célébrer, aux côtés du militant des droits de l’homme, Mohamed Merzougui, l’an I de la révolution tunisienne, le président Abdelaziz Bouteflika a eu une petite phrase passée inaperçue. Elle lui a permis de réitérer la traditionnelle position algérienne en faveur d’un Maghreb dans «le cadre de la légalité internationale». Traduire, un Maghreb, sous quelque forme structurelle qu’il serait, ne saurait être édifié contre ou sans le peuple sahraoui.
Share:

Le sens du déplacement de Bouteflika à Tunis

Par Hakim Merabet

La présence aujourd’hui à Tunis du président Bouteflika pour célébrer le succès de la révolution mais aussi fêter la chute de Ben Ali marque incontestablement un ajustement diplomatique.

C’est, en effet, un soutien fort et engagé que manifeste l’Algérie à l’endroit des nouvelles autorités tunisiennes. Ce 14 janvier, de fête en Tunisie, s’apparente à la fin d’une période de wait and see observée par l’Algérie par rapport à ce qui se passait dans ce pays voisin.
Share:

France : Découplage

par M. Saadoune

La droite française est dans l'embarras après la sanction de l'agence Standard & Poors qui a fait perdre à la France son triple A. Elle s'est prise à son propre piège en faisant du maintien de ce triple A un objectif fondamental. Aujourd'hui, elle tente de minimiser l'importance de cette dégradation en faisant valoir que les fondamentaux de l'économie française tiennent bien la route, hormis le déficit budgétaire. 
Share:

Sahara occidental : le Polisario impute à l’ONU la responsabilité des violations des droits de l’homme

CHAHID EL HAFED (Camp des réfugiés) - Le Front Polisario a imputé à l’ONU la responsabilité des violations flagrantes des droits des civils sahraouis à la suite des événements sanglants survenus dans les territoires occupés du Sahara occidental.

Le Bureau du Secrétariat national du Front Polisario a exprimé samedi dans un communiqué sa "ferme condamnation de la répression barbare" perpétrée par les autorités d’occupation marocaine contre des civils sahraouis
Share:

Répression à huis clos en Arabie Saoudite et indifférence occidentale

par Kharroubi Habib

Des citoyens en Arabie Saoudite sont descendus dans la rue. Ils exigent la fin de la discrimination confessionnelle, la libération des détenus politiques et la mise en place de réformes politiques. La réponse des autorités saoudiennes à ces demandes citoyennes, exprimées pacifiquement, est de même nature que celles faites à leur contestataire par le régime syrien, et avant lui les régimes tunisien, égyptien et libyen : une répression brutale et sanglante. 
Share:

Tunisie : Marzouki lorgne ses voisins

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, en dépit d'un agenda chargé dû, notamment, à la préparation d'élections législatives d'importance capitale pour l'Algérie, a tenu à faire le déplacement de Tunis, pour célébrer avec le peuple tunisien frère, et le terme n'a rien de démagogique, l'An 1 de la Révolution tunisienne et la fuite, peu glorieuse, de Ben Ali. Signe probant de cette amitié jamais démentie, l'accueil chaleureux réservé au chef de l'État qui s'est entretenu peu après son arrivée en tête-à-tête au palais de Carthage à Tunis avec le président tunisien, Mohamed Moncef Marzouki, qui s'était rendu à l'aéroport de Tunis pour l'accueillir.
Share:

Vingt trois détenus politiques sahraouis devant un tribunal militaire à Rabat

Le président Abdelaziz appelle à l'intervention de l'ONU

Le président de la République arabe sahraouie et démocratique (RASD), secrétaire général du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz, a appelé jeudi l'ONU à «exercer des pressions» sur le Maroc pour l'amener à renoncer à sa décision de traduire les 23 détenus politiques sahraouis devant le tribunal militaire de Rabat.

«Nous réitérons notre appel pour que l'ONU assume ses responsabilités en exerçant des pressions
Share:

Normaliser la situation avec les voisins

L'Algérie n'a pas le temps d'attendre que les nouveaux dirigeants post-révolutionnaires arabes se tournent vers elle par la force de la realpolitik et que les relations aujourd'hui confuses se normalisent et se stabilisent pour que tout redevienne comme avant. Elle n'a pas le temps, et les risques encourus que comporte pour elle la situation présente sont bien réels. Il lui incombe de prendre des initiatives pour espérer les atténuer. Si Bouteflika se rend à Tunis pour y fêter le premier anniversaire de la "révolution du jasmin",
Share:

Le président Abdelaziz appelle l’ONU à intervenir pour les 23 détenus politiques sahraouis

BIR LAHLOU - Le président de la République arabe sahraouie et démocratique (RASD), secrétaire général du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz, a appelé jeudi l’ONU à "exercer des pressions" sur le Maroc pour l’amener à renoncer à sa décision de traduire les 23 détenus politiques sahraouis devant le tribunal militaire de Rabat.

"Nous réitérons notre appel pour que l’ONU assume ses responsabilités en exerçant des pressions sur les autorités marocaines pour les amener à respecter le droit international
Share:

L’AFP prise en flagrant délit de manipulation sur Chavez et Ahmadinejad

Lundi dernier, le président vénézuelien Hugo Chavez recevait son homologue iranien Mahmoud Ahmadinejad. Relayée par une vidéo de l'AFP, une phrase étrange avait trouvé sa place dans le discours du président vénézuélien. Il déclarait qu'il allait "attaquer Washington". Déclaration de guerre ? Rodomontade ? Replacée dans son contexte, l'intervention s'avère être une plaisanterie, comme le souligne sur son compte Dailymotion Vincent Lapierre, un internaute partisan de Chavez.
Share:

De la MONUC à la MONUSCO – Une mission de plus en plus élastique et sans fin

La Mission des Nations unies pour la stabilisation du Congo, MONUSCO, ne quittera pas la RDC à la fin de son mandat actuel. Il pourrait être prorogé encore de deux ans. La question est à l’étude au sein du Conseil de sécurité des Nations unies. Un nouveau mandat qui pourrait aller jusqu’au 30 juin 2014.

Raymond Tshibanda, ministre à la Coopération internationale, a séjourné dernièrement à New York, siège de l’Organisation des Nations unies, ONU.
Share:

Human Rights Watch dénonce la complaisance de Paris et Washington avec la monarchie marocaine

JANVIER 2012 - SYNTHÈSE PAYS

Maroc et Sahara occidental 

Réagissant aux mouvements pro-démocratie du Printemps arabe et à des manifestations en faveur de réformes au Maroc, le roi Mohammed VI a proposé en juin des amendements constitutionnels contenant d'importantes garanties en matière de droits humains, mais peu de limites véritables à ses propres pouvoirs en tant que souverain. L'électorat a approuvé ces amendements en juillet. 

La nouvelle constitution reconnaît l'amazigh, l'idiome des Berbères, comme langue officielle et interdit la torture et les traitements inhumains et dégradants;
Share:

23 prisonniers sahraouis devant le tribunal militaire de Rabat

Vingt-trois prisonniers politiques sahraouis comparaîtront, vendredi, devant le tribunal militaire à Rabat, pour leur relation avec les évènements de Gdeim Izik, selon l’agence officielle sahraouie SPS qui reprend une source proche du collectif des défenseurs sahraouis des droits humains (Codesa). Ce groupe a été arrêté, faudrait-il le rappeler après le démantèlement par les forces d’occupation marocaines du camp de Gdeim Izik. Ils ont faitl’objet de tortures et mauvais traitements dans les prisons marocaines où ils avaient mené plusieurs grèves de la faim pour réclamer leur droit à un procès civil équitable où leur libération immédiate, selon la même source.
Share:

Libye : la guerre des milices

Il aura fallu les combats du mardi et du mercredi 2 et 3 janvier pour que la presse française se décide enfin à reconnaître que les milices s’affrontent en Libye, notamment à Tripoli. Les « analyses » confuses des médias français ne permettant pas d’y voir clair, quelle est donc la situation sur le terrain ?

Tripoli est l’enjeu d’une lutte entre quatre principales factions armées :
Les miliciens de la ville de Misrata, ceux qui ont ignominieusement lynché à mort le colonel Kadhafi,
Share:

Gouvernement royal et gouvernement national : échec et mat

Opinion. Il n y a absolument rien à espérer du gouvernement Benkirane ou Benchakroun :

1) le véritable gouvernement au Maroc était et demeure encore le gouvernement royal composé d’experts dans tous les domaines. Il lui manquait un petit chouia au niveau des affaires étrangères et c’est chose faite : le Roi vient de désigner Taïb El Fassi Fihri (ex-ministre des Affaires étrangères) conseiller royal (aux Affaires étrangères certainement).
Fouad Ali El Himma, l’ami du Roi, qui perturbait tout le microsome politique marocain et détesté par les manifestants du 20 février, a été lui aussi rappelé par le Roi et désigné conseiller royal.
Share:

En loyal serviteur du roi, Zapatero rentre chez lui à… Tanger

Après huit ans de bons, loyaux et "royaux" services rendus à la monarchie marocaine, l’ex Premier ministre espagnol José Luis Rodriguez Zapatero est rentré "chez lui" à…Tanger.

Accompagné de son épouse, de ses deux filles ainsi que de son ex-ministre des relations extérieures, Trinidad Jiménez, Zapatero est venu chercher "son dû" à en croire le site "demainonline", du journaliste opposant Ali Lemrabet.
Share:

Redoutant une présidentielle portée sur l’islam

Le camp de Sarkozy s’intéressse aux musulmans de France Le camp de Sarkozy se livre à une opération de charme en direction des musulmans de France.

A l’approche de l’élection présidentielle française, le camp de Nicolas Sarkozy s’efforce de tendre la main aux musulmans de France. Bras droit du chef de l’Elysée, le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, a envoyé, hier, un message de séduction à la seconde religion de France. Forte de ses «4 millions de personnes dont 800 000 pratiquants»
Share:

AFFAIRE KARACHI : L’ÉTAU SE RESSERRE SUR NICOLAS SARKOZY

L’année 2012 ne s’annonce pas toute tranquille pour le président sortant Nicolas Sarkozy. Son implication supposée dans la mise en place d’un circuit de commissions dans l’affaire Karachi remonte à la surface avec les dernières révélations du quotidien Libération du lundi 2 janvier et qui ont réussi l’exploit d’occulter le contenu des vœux de Sarkozy et de mettre en Une cette affaire non encore élucidée.
Les nouveaux éléments sur lesquels le journal s’appuie sont ceux contenus dans un procès- verbal d’audition du 2 décembre dernier devant le juge Renaud Van Ruymbeke en charge du volet financier de l’affaire Karachi. L’auditionné n’est pas n’importe qui. Il s’agit de Gerard-Philippe Menayas, ancien haut fonctionnaire du ministère de la Défense et ancien directeur administratif et financier à la Direction des constructions navales, fournisseur des sous-marins Agosta au Pakistan. Qu’a dit ce très haut responsable au juge ? Globalement que le président Sarkozy, alors ministre du Budget, aurait validé un montage financier lié à des ventes d’armes au Pakistan. Mais ne s’arrêtant pas aux considérations générales, il précise que «Nicolas Sarkozy, alors ministre du Budget, avait donné son accord en 1994 à la création de la société luxembourgeoise Heine». Cette société, comme certaines autres créées la même année dans d’autres paradis fiscaux, devait être utilisée pour recevoir les commissions octroyées à des intermédiaires, comme Ziad Takieddine, dans ce contrat d’armement. Entre 1995 et 1996, Heine a reçu 185 millions de francs de la Direction des constructions navales qui a fourni les sous-marins Agosta au Pakistan. Le montant du contrat qui s’élevait à 5,5 milliards de francs, soit 826 millions d’euros, prévoyait des commissions équivalent à 10% de la vente. Si les commissions étaient légales à l’époque sur ce type de contrats, ce qui ne l’était pas ce sont bien les rétro-commissions (système qui permet à celui qui vend une marchandise de récupérer une partie des commissions qu’il a versées à un intermédiaire) et en l’occurrence dans cette affaire de Karachi, les juges en charge du dossier suspectent que des rétro-commissions ont été utilisées dans la campagne présidentielle d’Edouard Balladur de 1995 et dont Sarkozy était le porte-parole. il faut rappeler que le 8 mai 2002, un attentat à Karachi, au Pakistan, a fait 14 morts, dont 11 Français de la Direction des constructions navales, en mission pour finaliser la mise en service des sous-marins vendus au Pakistan par la France. Si dans une première phase l’enquête s’était orientée vers un attentat terroriste, très vite, les juges ont commencé à fouiller dans l’aspect financier du contrat des sous-marins. Aujourd’hui, il est avéré que des commissions ont été versées au Franco-libanais Ziad Takieddine. Ce dernier, homme d’affaires sulfureux, intermédiaire dans ce dossier comme dans celui de la vente de frégates à l’Arabie saoudite et aussi dans les tractations avec la Libye pour la vente d’armes après la levée de l’embargo militaire en 2004, aurait reversé, dans l’affaire de Karachi, mais pas seulement, une partie des commissions qu’il a reçues, pour la campagne présidentielle d’Edouard Balladur. Lorsque Chirac est arrivé au pouvoir, il a décidé de l’arrêt de ces commissions (légales jusqu’en 2000) et ce serait l’arrêt de ces commissions qui constituerait le mobile de l’attentat, venu en représailles à cette fin de pots-de-vin bien juteux. C’est dire tout l’enjeu de cette enquête. Le juge chargé de l’affaire et qui serait, selon Libération, en possession d’une note saisie dans les locaux de la Direction des constructions navales faisant état de l’accord de Sarkozy pour la création de Heine, aurait malgré tout enrichi son audition par cette question à l’auditionné : «Si je vous comprends bien, la mise en place de la structure Heine n’a donc pu se faire qu’avec le double accord des deux cabinets du ministre du Budget et celui de la Défense, est-ce exact ?» La réponse a été on ne peut plus claire : «Oui. J’ai une expérience en la matière, ayant travaillé six ans à la direction du Trésor. Je n’imagine pas qu’une telle décision ait pu être prise sans l’aval du cabinet du ministre.» Voilà des déclarations qui viennent perturber, pour le moins, le président Sarkozy, qui, jusqu’à présent, déclarait à qui voulait l’entendre qu’il n’avait rien à voir dans cette affaire et qu’il n’était pas du tout cité dans le dossier d’enquête. 

K. B.-A. (Khadidja Baba-Ahmed)

Source : Le Soir d’Algérie
Share:

Google ads

Google Ads

Rechercher dans ce blog

Blog Archive

Follow by Email

Pourquoi Horst Köhler comprend si bien l'Afrique

L'ancien président fédéral Horst Köhler dirige une conférence des Nations Unies sur le conflit du Sahara occidental. Il lutte toujour...

Archives du blog