Une ambulance pour les réfugiés sahraouis

Dans leur ambulance, Charles, Sophie et Julien ont chargé des civières et des médicaments.
Trois jeunes Sarthois se mobilisent pour apporter une aide médicale aux réfugiés du camp d’Haouza, la ville jumelée avec Le Mans.
Vendredi soir, sous une pluie battante, Julien Despelchain, Charles Rivenez et Sophie Derenne se sont lancés, au volant de leur ambulance, dans une aventure qui les mènera au camp de réfugiés d’Haouza, en Algérie. Les trois Sarthois, âgés de 22 à 26 ans, ont pour projet d’acheminer du matériel médical jusque dans ce campement.
Jumelé avec Le Mans depuis 1983, le village d’Haouza abrite plusieurs milliers d’exilés, qui ont fuit le Sahara Occidental au milieu des années 1970.
Un conflit vieux de trente ans
Le Sahara Occidental est une ancienne colonie espagnole, tombée dans le giron du Maroc en 1976. Territoire non autonome selon l’Onu, il est ensablé dans un conflit interminable opposant le Maroc au Front Polisario. Ce mouvement, qui réclame l’indépendance du Sahara, est soutenu par l’Algérie, d’où une situation locale complexe : la lutte de certains Sarahouis pour leur indépendance se trouve en effet mêlée à la rivalité entre le Maroc et l’Algérie.
Depuis le cessez-le-feu, déclaré en 1991, le Front Polisario réclame un référendum sur l’autodétermination, tandis que le Maroc contrôle 80% du territoire et que des dizaines de milliers de Sarahouis vivent toujours dans les trois principaux camps de réfugiés, situés au sud de l’Algérie.
Un projet né d’une rencontre
Chaque été, la ville du Mans accueille des enfants sarahouis, qui viennent passer quelques jours en France. « Je suis animateur, c’est comme ça que j’ai fait la connaissance des enfants et que j’ai découvert la situation des Sarahouis », explique Julien. Il en va de même pour ses compagnons de route, qui, comme lui, sont adhérents de l’association des Amis de la République arabe sarahouie démocratique (AARASD), qui vient en aide aux réfugiés.
Depuis quelques années, ils ont tous les trois tissé des liens d’amitié très fort avec Marmoud, l’un des accompagnateurs des enfants, qui leur a fait part des besoins des camps en matériel médical. « Nous souhaitions aller voir comment ça se passait sur place, mais pas en tant que touristes. Nous avons donc décidé de monter un projet humanitaire », se souvient Julien.
Depuis deux ans, les Manceaux démarchent les entreprises afin de récolter des financements et du matériel médical. La Protection Civile leur a donné une ambulance, qui servira à acheminer le matériel jusqu’en Algérie, puis sera cédée au camp d’Haouza.
Bien que leur budget ne soit pas tout à fait bouclé, les trois jeunes sont sereins. « Cette fois, c’est parti: nous amenons l’ambulance à Marseille, d’où elle sera acheminée jusqu’à Oran. A partir du 12 avril, nous la descendrons jusqu’à Haouza », récapitule Sophie juste avant le départ. Leur provision d’oeufs de Pâques sous le bras, ils sont prêts pour l’aventure !
Source : Ouest France

Brasil : Una querella contra Emboirik por abuso y difamación

La familia de la ex-novia del diplomático saharaui Emboirik Ahmed ha depositado una querella ante la justicia brasileña contra él por abu...