Mohamed Abdelaziz : «L’indépendance est proche»

La République arabe sahraouie démocratique (RASD)
poursuivra sa lutte et l’indépendance est proche, a rassuré, dimanche dernier
dans les camps de réfugiés sahraouis, à Tindouf, le Président Mohamed Abdelaziz.
Dans son allocution, lors de la célébration du 35e anniversaire de la création
du Conseil national sahraoui, dont les festivités se sont tenues dans la wilaya
d’Ousserd, aux camps de réfugiés sahraouis, le président sahraoui a affirmé que
« le Sahara Occidental finira par avoir gain de cause et sa population
poursuivra sa lutte avec la conviction que l’indépendance est proche ».
Ce
discours est « une réponse directe» au régime occupant marocain qui, a-t-il
rappelé, poursuit sa politique de répression dans les territoires occupés du
Sahara Occidental, notamment à El Ayoun occupée, défiant ainsi l’opinion
internationale. D’autant plus, a-t-il tenu à préciser, que « le gouvernement
marocain veut se laver les mains du crime commis contre la population sahraouie
désarmée et couvrir son échec ». Une conférence parlementaire internationale a
également été organisée, dans la journée du dimanche, à laquelle ont pris part
ds nombreux pays, à l’instar du Mexique, Cuba, Espagne, Allemagne, Algérie et
Afrique du Sud. Les participants à la conférence parlementaire ont, pour leur
part, vivement condamné l’attaque par les forces coloniales marocaines du « camp
de la liberté « de Gdeim Izik, à El Ayoun occupée, survenue le 8 novembre
dernier. Ils ont dans ce sens appelé à une enquête internationale pour mettre la
lumière sur ce qui s’est réellement passé lors de l’attaque du 8 novembre. Les
nombreuses délégations, présentes sur les lieux, ont, entre autres, salué
l’adoption par le Parlement européen d’une résolution condamnant l’attaque du
camp de Gdeim Izik. Par ailleurs, à la demande des nombreuses délégations, une
marche de protestation a été organisée pour, encore une fois, a-t-on dit,
réitéré leur soutien indéfectible à la cause sahraouie. Les acquis diplomatiques
réalisés par le Sahara Occidental, a souligné M. Mohamed Abdelaziz, sont le
fruit d’un long combat mais aussi, a-t-il soutenu, du Parlement sahraoui. Ce
dernier, a-t-il ajouté, a réussi, en peu de temps, à faire entendre la voix des
Sahraouis dans le monde. « Nous sommes aujourd’hui fiers de la place qu’occupe
notre Parlement non seulement dans le continent africain mais également sur la
scène internationale », a-t-il dit à ce propos. A ce titre, les enfants
parlementaires sahraouis ont tenu, hier, leur assemblée générale, en présence de
hauts responsables de la RASD, et procédé à l’élection d’un nouveau président.
Dans le cadre du festival culturel de la wilaya d’Ousserd, plusieurs activités
ont été organisées, hier, auxquelles la population sahraouie, venue des
différents camps, a pris part en masse.
Le Midi Libre, 30/11/2010

Le Makhzen perd pied

La solidarité internationale s’intensifie autour de la lutte du peuple sahraoui

La dernière résolution du Parlement européen en faveur de
l’autodétermination du peuple sahraoui a semé la panique au Palais royal qui
s’est empressé de répondre par un argument qu’il juge solide : la participation
de milliers de sujets de sa majesté à une manifestation pour la défense de la
cause sacrée et pointer du doigt un ennemi.


Des milliers de Marocains ont manifesté, dimanche dernier,
à Casablanca contre le Parti populaire espagnol (PP, opposition), qui a dénoncé
des atteintes aux droits de l’Homme au Sahara Occidental, a rapporté, hier, la
presse marocaine. Selon ces médias, les manifestants, emmenés par le Premier
ministre Abbas el Fassi, brandissaient des drapeaux marocains et des banderoles
et scandaient « Parti populaire, ennemi du Maroc ». Qu’est-ce qui fait ainsi
s’agiter le Makhzen pour mettre à la disposition de ses sujets, des bus, trains
et offrir une journée chômée et payée, pour ceux qui ont un emploi, et toute une
logistique afin d’organiser une « grandiose manifestation ». C’est que les
données ont commencé à changer dans la question sahraouie. La dernière
résolution du Parlement européen en faveur de l’autodétermination du peuple
sahraoui, qui appelle l’Onu à envoyer une commission d’enquête sur l’agression
contre El Ayoun, a semé la panique au Palais royal qui s’est empressé de
répondre par un argument qu’il juge solide : la participation de milliers de
sujets de sa majesté et tout l’échiquier politique marocain à une manifestation
pour la défense de la cause sacrée et pointer du doigt un ennemi… le Parti
populaire espagnol. Le Front Polisario ou l’Algérie sont, pour cette fois, hors
de cause. L’Union européenne semble aussi prendre la juste mesure des choses. Et
la dernière résolution de son Parlement consacré au Sahara Occidental enfonce le
clou. « L’Union européenne demeure préoccupée par le conflit sévissant au Sahara
occidental et par ses conséquences et implications pour la région, y compris la
situation des droits de l’Homme au Sahara Occidental, et qu’elle soutient
pleinement les efforts du secrétaire général des Nations unies et de son envoyé
spécial pour trouver une solution politique juste, durable et mutuellement
acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental,
ainsi que le prévoient les résolutions des Nations unies » et « insiste sur la
nécessité d’inviter les organes des Nations unies à proposer l’instauration d’un
mécanisme de surveillance des droits de l’Homme au Sahara Occidental ». Il
« considère également que les Nations unies constitueraient l’organisation la
plus à même de mener une enquête internationale indépendante en vue de clarifier
les événements, les décès et les disparitions ». Apparemment les mots
autodétermination, commission d’enquête et mécanisme de surveillance des droits
de l’Homme au Sahara, auxquels fait référence le Parlement européen, inquiète au
plus haut point le Makhzen et les partis politiques marocains si l’on en juge
par les propos du président du Rassemblement national des indépendants (RNI),
Salaheddine Mezouar. « La marche populaire de Casablanca constitue un nouveau
message du peuple marocain pour tous ceux qui pensent pouvoir nuire à
l’intégrité territoriale du royaume », a-t-il déclaré au cours de la marche
populaire. Les images des foules brandissant les drapeaux marocains rappellent
les images de 1975, quand 350.000 Marocains avaient pris part à la Marche verte
franchissant les frontières du Sahara Occidental, sans que la puissance
occupante, l’Espagne, l’Onu ou toute autre organisation internationale lèvent le
petit doigt. La communauté internationale et la société civile présentement sont
mieux informées et surtout réagissent. C’est ce qui fait peur au Makhzen.


Par : Sadek Belhocine
Le Midi Libre, 30/11/2010 

La question sahraouie dans l'agenda du Conseil d'association Europe-Maroc

La question du Sahara occidental figure dans l'agenda du Conseil d'association Maroc-UE, en décembre prochain, a annoncé un membre de la Commission européeene lors du débat mercredi soir d'un projet de résolution sur le Sahara occidental. Andris Piebalgs, commissaire européen au
développement, a indiqué, dans son intervention, que l'Union européenne est
"préoccupée" par les évènements qui ont eu lieu à El-Ayoun, le 8 novembre, et
"regrette la perte de vies humaines" dans l'attaque marocaine contre le
campement de Gdeim Izik. "Au regard des questions que nous débattons
aujourd'hui, nous ferons en sorte qu'elles atteignent les autorités marocaines
par les cannaux les plus indiqués", a-t-il affirmé, confirmant que la question
du Sahara occidental est dans l'agenda du prochain Conseil d'association en
décembre prochain. Ce Conseil, a-t-il dit, serait élevé à un niveau
parlementaire devant associer le Parlement européen et le Maroc. Tout en
appelant le Maroc à se conformer aux entendements internationaux quant au
respect des droits de l'homme, M. Piebalgs a rappelé qu'il "est de la
responsabilité du Maroc de respecter ses obligations intenationales, y compris
celles liées à l'exploitation des ressources naturelles du Sahara occidental".
Il a enfin réitéré le soutien de l'Union européenne aux efforts du secrétaire
général des Nations unies pour parvenir à une "solution politique juste et
mutuellement acceptable devant permettre l'autodétermination du peuple sahraoui,
confromément aux résolutions du Conseil de sécurité". Notons, qu'une résolution
condamnant "fermement" les violents incidents qui se sont produits dans le camp
de Gdeim Izik, près de la ville d'El Ayoun occupée, a été adoptée jeudi à la
majorité par le Parlement européen. Tout en exprimant sa "profonde préoccupation
face à la nette détérioration de la situation au Sahara occidental", le
Parlement européen "condamne fermement, les violents incidents qui se sont
produits dans le camp de Gdeim Izik lors de son démantèlement, ainsi que dans la
ville d'El Ayoun". Il considère que les Nations unies constitueraient
l'organisation "la plus à même de mener une enquête internationale indépendante
en vue de clarifier les évènements, les décès et les disparitions". Les
eurodéputés, tout en "regrettant les atteintes à la liberté de la presse et de
l'information auxquelles ont été exposés de nombreux journalistes européens",
demandent au royaume du Maroc d'autoriser la presse, les observateurs
indépendants et les organisations humanitaires à "accéder librement au Sahara
occidental et a y circuler en toute liberté". Ils insistent, également, sur la
"nécessité d'inviter les organes des Nations unies à proposer l'instauration
d'un mécanisme de surveillance des droits de l'homme au Sahara occidental". La
résolution rappelle le soutien de l'Europe à la reprise des pourparlers
officieux entre les parties au conflit (Maroc et Front Polisario) en vue de
parvenir à une "solution juste, durable et mutuellement acceptable, qui soit
conforme aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies".
Elle demande à l'Union européenne d'"exiger du royaume du Maroc qu'il se
conforme au droit international en ce qui concerne l'exploitation des ressources
naturelles au Sahara occidental". Lors du débat mercredi soir du projet de
résolution, les eurodéputés avaient, dans leur majorité, condamné la violence
utilisée dans le démantèlement le 8 novembre dernier d'un campement de civils
sahraouis près la ville d'El Ayoun occupée et considéré que l'Onu est la plus à
même d'envoyer une commission d'enquête dans la région.

Le Maghreb, 30/11/2010

M.Mohamed Abdelaziz président de la République sahraouie : «La répression marocaine ne nous fait pas peur»

Le Parlement sahraoui a fêté son trente-cinquième anniversaire dans
le camp des réfugiés à Ouserd, en présence des délégations parlementaires
algérienne, cubaine, nigériane et mexicaine. La délégation nationale a été
représentée par 25 parlementaires issus des deux Chambres.


M. Mohamed Abdelaziz, le
président de la République sahraouie, saluant d’emblée la position algérienne,
résume à lui seul la détermination du peuple sahraoui à arracher son
indépendance. En tenue de combat, le charismatique chef d’Etat sahraoui a usé
d’un ton ferme et guerrier. A cette occasion, il a affirmé que ni chars et la
répression marocaine ni les geôles érigées pour embastiller une population
innocente ne peuvent fléchir la volonté et le courage des Sahraouis à se battre
pour se soustraire du harnais colonial. Le peuple sahraoui qui a opté pour la
lutte pacifique en 1991, n’a, en réalité, jamais laissé tomber le combat. La
révolution est en marche.
Avec des paroles qui ont enflammé la salle, il a
fait savoir que la marche organisée par le gouvernement marocain qui veut s’en
laver les mains est un échec total. La communauté internationale qui a dénoncé
l’attaque meurtrière contre le camp de la liberté, a-t-il précisé, a compris que
les autorités marocaines tentent de faire diversion par toutes sortes de
subterfuges. «Nous dénonçons les manœuvres marocaines et sommes solidaires avec
l’Algérie et les partis politiques espagnols qui ont condamné l’attaque du camp
de la liberté», a-t-il lancé à l’assistance. Et de poursuivre : «nous disons au
gouvernement marocain que la République arabe sahraouie démocratique est un
choix du peuple sahraoui  et que le combat, sous toutes ses formes, se
poursuivra jusqu’à l’indépendance des territoires occupés. Ce qui s’est passé à
Gdim Izik renforce notre conviction et dévoile les intentions du Maroc», a-t-il
souligné. «Le Maroc doit savoir, a-t-il dit, que ses prisons et ses forces
répressives ne nous font pas peur et ne nous ferons pas quitter notre pays».

Le chef de l’Etat sahraoui a indiqué qu’à la vie décente d’exil, les
Sahraouis ont opté pour croupir dans les prisons marocaines, rappelant que l’ère
du colonialisme est révolue. «Nous resterons à Al Ayoun, Dakhla et Smara
dussions-nous subir la répression marocaine», a-t-il insisté, ajoutant que le
chauvinisme aveugle marocain ne mènera nulle part et ne «nous fait pas peur».
Une réponse claire et nette aux tentatives marocaines visant à vider les
territoires occupés de ses habitants auxquels elles proposent des postes de
travail au Maroc. L’attaque de Gdim Izik qui a soulevé une vague d’indignation à
travers le monde n’a pas surpris pour autant le premier magistrat de la
République sahraouie.
Ce dernier a estimé que l’armée d’occupation marocaine
a toujours eu recours à la répression à chaque fois que les Sahraouis se
soulèvent pour demander leurs droits. C’est ce qui s’est passé, a-t-il soutenu,
le 8 novembre dernier. Ces tragiques évènements ont montré que nous sommes sur
la bonne voie et nous a donné plus de confiance.
«Nous sommes plus forts que
la répression marocaine», a-t-il lancé à la foule. En outre, il a rappelé la
situation déplorable dans laquelle se trouve la ville d’Al Ayoun sous blocus et
interdite d’accès aux observateurs internationaux et à la presse. Mais, a-t-il
précisé, les Sahraouis qui y habitent sont courageux et animés de détermination,
notamment après l’attaque meurtrière du camp de la liberté, la veille de la
reprise des négociations informelles engagées par les deux parties, sous l’égide
des Nation unies. «Cette attaque qui a fait des dizaines de morts, des milliers
de blessés et de disparus nous réconforte et ne nous décourage pas, et ce,
malgré l’adversité. Nous  sommes vainqueurs, après la vague de solidarité avec
les Sahraouis et de l’indignation», a-t-il dit. Et au président de conclure :
«le jour viendra où tout le monde saura que le chauvinisme aveugle marocain
était un scandale, l’histoire en témoignera».
LE PARLEMENT SAHRAOUI A 35
ANS
M. Abdelaziz
a mis l’accent sur le travail accompli par le parlement sahraoui qui a fêté son
trente-cinquième anniversaire. Pour lui, le parlement est l’institution qui a
structuré la République, après la déclaration de l’union nationale. Dans leurs
interventions, les parlementaires ont unanimement dénoncé la politique
expansionniste marocaine et salué la décision du parlement européen qui a
demandé au Conseil de sécurité de dépêcher une commission d’enquête pour faire
toute la lumière ce qui s’est passé dans le camp de la liberté.
Dans son
allocution succincte, Tayeb El Houari, président du groupe d’amitié
parlementaire algéro-sahraoui, a convoqué l’histoire, en faisant le parallèle
entre la lutte armée menée par le peuple algérien contre l’armée française, la
plus grande force militaire d’alors. Sous un tonnerre d’applaudissements, il a
affirmé : «le peuple sahraoui arrachera son indépendance, n’en déplaise au Maroc
et à ses clients» et réaffirmé la solidarité et la position algériennes
vis-à-vis de la question sahraouie.
«Notre présence est une acte de solidarité avec nos camarades parlementaires sahraouis et les victimes du camp de la liberté», a-t-il dit. Khatri Adouh, président du parlement sahraoui, a
affirmé que l’armée marocaine d’occupation poursuit ses massacres des Sahraouis
et impose un blocus pour ne pas permettre à la presse internationale et aux
observateurs étrangers de se rendre aux territoires occupés.
Il a insisté sur l’urgence d’une enquête internationale, rappelant que la Minurso ne peut
faire son travail en raison de la politique marocaine qui massacre les innocents
dans le silence. Il en a appelle à l’ONU pour prendre ses responsabilités de
protéger les Sahraouis et faire respecter les droits de l’homme dans les
territoires occupés. Selon lui, la décision du parlement européen est une preuve
supplémentaire de l’échec de la politique coloniale marocaine et de … la
position de la France qui a opposé son veto contre l’envoi d’une commission
d’enquête.
«La reprise des armes n’est pas à exclure», dit-il pour conclure.
Parallèlement à cet anniversaire, des activités culturelles et une marche de
solidarité avec les victimes du camp de la liberté ont été
organisées.

Horizons, 30/11/2010

Des têtes tombent au Maroc

Le roi Mohamed VI vient de faire sauter deux têtes importantes pour tenter de calmer et d'atténuer les graves conséquences liées au scandale de l'attaque du camp de la liberté et des citoyens d'El Aaiun dans les territoires sahraouis occupés.

Ainsi, le gouverneur de cette ville a-t-il payé de sa personne. Idem pour l'ambassadeur marocain en Espagne . Un pays très proche du Sahara Occidental en sa qualité de force occupante et qui a donc été aux premières loges de la répression sauvage abattue sur le peuple sahraoui, la dénonçant de la manière la plus virulente.

Mais ce que Mohamed VI ignore, en agissant de la sorte, allant même jusqu'à choisir un sahraoui félon pour représenter le royaume chérifien au royaume ibérique, c'est que les choses sont désormais allées beaucoup trop loin et que l'heure semble bel et bien avoir sonné pour solder les comptes et permettre au peuple sahraoui de jouir librément et intégralement de ses droits, de tous ses droits.
Réflexion, 30/11/2010

Empruntant le pas au Maroc, la France s’en prend à l’Algérie au nom de l’Europe

En moins de 48 heures, l’Algérie a été la cible à la fois du royaume  voisin du Maroc et de l’ambassadeur français à Alger, Xavier Driencourt. L’occasion ? Le 60ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’Homme. L’objet ? La violation des droits de l’Homme en Algérie. Avant d’aborder le sujet en ce qui concerne la France, ce pays censé être le creuset des droits de l’Homme justement, arrêtons-nous sur le royaume chérifien dont les dirigeants devraient avoir honte rien qu’à l’évocation de ce sujet, tant ils sont en première ligne sur les tablettes de toutes les ONG sérieuses du monde entier pour le peu de cas qu’ils font du respect de l’être humain, qu’il s’agisse d’étrangers ou de leurs propres ressortissants.
Ces mêmes dirigeants, le roi et son Premier ministre en première ligne, relayés par une presse aux ordres, accusent, en des termes qui prêteraient à rire s’ils n’étaient trop graves, l’Algérie de s’être rendue coupable de maltraitances envers des « sujets » marocains. Il s’agirait, bien sûr, des réfugiés sahraouis en Algérie. Pour la plupart d’entre eux, ils sont en Algérie depuis 1973, c’est-à-dire depuis l’invasion de leur territoire par les forces armées royales marocaines. S’ils y sont, c’est parce qu’ils ont fui les exactions de cette armée et refusent l’annexion pure et simple de leur pays alors que le royaume chérifien n’a pas bougé le petit doigt pour le libérer de l’occupation espagnole.
La meilleure manière de faire parler la vérité à ce sujet est d’interroger les ONG internationales qui ont suivi de près ce dossier. A-t-on jamais eu vent d’un rapport quelconque qui ait fait cas de maltraitance de populations sahraouies, et même marocaines, installées en Algérie ? Au contraire, ces populations bénéficient, depuis de longues années, de la sollicitude de l’Etat algérien et des citoyens avec lesquels elles sont en contact. Il serait tout à fait judicieux d’interroger ces mêmes ONG à propos du comportement des autorités marocaines dans les territoires occupés du Sahara occidental. A défaut, il suffit de lire leurs nombreux rapports. En fait, quand le royaume du Maroc invoque les droits de l’Homme en Algérie, c’est un peu comme l’hôpital qui se moque de la charité.
 L’Algérie ? Oui, il y a des problèmes de gouvernance dans ce pays. Il y a aussi des problèmes graves  en matière de démocratie, et même de droits de l’Homme. Les Algériens en sont conscients et luttent, avec leurs moyens, pour que les choses changent. Mais, faut-il le préciser, le sens de l’hospitalité est tel dans ce pays que jamais étranger n’a eu à s’en plaindre. Il y a eu des coups d’Etat, des trafics électoraux à grande échelle, des prisonniers d’opinion… Les Algériens se sont mobilisés pour faire évoluer les choses. Sans doute pas assez et pas assez vite. Aux  Algériens et à eux seuls d’en juger et, le cas échéant, d’appeler à l’aide.
Revenons à la France, cette icône incontournable des droits de l’Homme. Ce n’est pas tant le fait que l’ambassadeur de la République française s’exprime sur l’état des droits de l’Homme en Algérie qui est choquant en soi. A la limite, en le faisant, il est dans son rôle. Mais, en tant que diplomate averti, les attaques virulentes du roi et du Premier ministre marocains n’ont pu lui échapper, pas plus que n’ont pu lui échapper les réactions des Algériens qui, même excédés, ont refusé de tomber dans des polémiques insensées  qui pourraient compromettre gravement et durablement tout espoir de construction d’un ensemble régional viable. Ce faisant, l’ambassadeur français n’ignore pas que les autorités d’Alger sont en droit de penser qu’elles font l’objet d’une cabale concertée et qu’ils pourraient, plutôt que de s’ouvrir,  se cabrer davantage, pour le plus grand dommage des Algériens d’abord et de l’équilibre régional ensuite.
Il serait trop facile de convoquer la guerre d’Algérie, la torture, l’exode de millions d’individus, les bombardements injustifiés des mechtas, le napalm, les essais nucléaires de Reggane, les cobayes humains et autres horreurs mises en œuvres par un pays  qui, tout prestigieux qu’il puisse être, devrait se regarder dans le miroir de sa propre histoire avant de s’aviser de donner des leçons. L’ambassadeur français évoque, entre autres, le peu de liberté dont bénéficient les Chrétiens en Algérie. Il a sans doute raison. Mais où était la France quand la presse algérienne s’est élevée massivement et quotidiennement pour dénoncer l’inculpation de Habiba, cette jeune femme de Tiaret convertie au christianisme ?
 Rappelons-nous simplement qu’au début  des années 1990, jusqu’à la fin de la décennie, la France recevait les intégristes islamistes auxquels elle accordait généreusement le droit d’asile et refusait ce droit élémentaire à leurs victimes désignées. Mitterrand n’a-t-il pas été jusqu’à réclamer que le FIS gouverne l’Algérie, au nom de la démocratie ? Et, plus près de nous encore, pourquoi la France de Sarkozy, par Bernard Kouchner interposé, veut-elle se défaire du secrétariat d’Etat aux droits de l’Homme ?
Pourquoi aujourd’hui ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi un pays qui a enfanté Voltaire emprunte-t-il le pas au pays de Hassan II et de Tazmamart pour parler des droits de l’Homme en Algérie ?  Les questions sont claires, les réponses sont moins évidentes…
Par  m.a boumendil , le  15/12/2008

Résolution du PE sur le S.O., suite et pas fin : Quand les lignes bougent

Rabat ne décolère plus contre Bruxelles et Madrid. Hier, la capitale belgo-européenne devait servir de tremplin médiatique pour expliquer la «marocanité» du Sahara occidental. Un bide. Après l’adoption par le Parlement européen (PE) d’une ferme résolution dénonçant les agissements du Maroc au Sahara occidental, Rabat a sonné le tocsin de la mobilisation générale. 
La position des europ-arlementaires est un tournant. Majeur. Ebranlé par la détermination des eurodéputés, tous groupes confondus, le Makhzen tente des opérations de manipulation-diversion. Des marches de protestations (contre qui ?), Casablanca, Washington, des concerts animés par des groupes folkloriques et des artistes marocains au talent reconnu, des conférences de presse d’explication du conflit, comme celle d’hier à Bruxelles, des commandes de passage dans différentes télévisions occidentales et satellitaires arabes, autant d’actions pour prouver la marocanité du Sahara occidental. 
 
Une évolution tactique semble avoir été ordonnée en haut lieu par rapport à la résolution — meurtrière pour le Maroc — du Parlement européen. Si l’Algérie est, évidemment, toujours le principal suspect, accusé selon Rabat, depuis quelques jours les foudres de guerre les plus rapides et les plus dangereux ciblent un autre objectif. L’Espagne. Principalement les entités fédérées du Royaume ibérique (Calalagne, Pays Basque, Andalousie), les médias et des responsables politiques, tant du Parti socialiste que du parti de la droite classique. Cet acharnement médiatique anti-espagnol sans équivalent dans la tradition entre le Maroc et l’Espagne est troublant, selon les observateurs, ici, à Bruxelles. Il l’est d’autant plus que le gouvernement Zapatero n’a pas été particulièrement zélé dans la dénonciation de la répression et des crimes commis à El-Ayoune.
 
Il est vrai que la direction du PSOE, actuellement au pouvoir à Madrid, n’a pas été suivie par le base socialiste sur la question sahraouie, d’où la double partition contrainte jouée par l’exécutif Zapatero. Molesse pro-marocaine à l’entame du démantèlement du camp d’El Ayoune, puis fermeté sans précédent, ensuite fermeté contre la répression marocaine, bien sûr. Rabat soupçonnant à cet égard Zapatero d’avoir consciemment laisser monter la colère anti-marocaine pour réguler ses déclarations et les mettre au diapason européen. Les Marocains sont d’autant plus enclins à penser ainsi que des eurodéputés, notamment socialistes, traditionnellement mous et sans courage face au drame du peuple sahraoui, ont été très actifs pour faire adopter la résolution que Rabat ne gobe pas, alors pas du tout. Pour autant, l’Algérie reçoit, pour ainsi dire, pour son grade. Seul fait marquant, cette fois-ci — et c’est un tournant —, Alger n’est pas la seule capitale à monter au créneau pour dénoncer la répression dans les territoires sahraouis occupés. 
 
Le Maroc a constaté, en cette période internationale trouble, triste et qui annonce les jours les plus sombres par des tas de grands décideurs de la planète, qu’il ne suffit pas — il ne suffit plus — d’être le larbin de service pour s’en sortir et coloniser en silence. Ça ne marchera plus. Un malheur n’arrive jamais seul, le courroux marocain est aggravé par la montée en France (Affaires étrangères et Défense) de deux personnalités que Rabat soupçonne de rouler pour Alger. Le bon vieux temps de Kouchner le magnifique, pour le Maroc, cela s’entend, est certes fini, ce qui est une excellente chose pour les Sahraouis. Mais est-ce sera suffisant pour que le peuple des ténèbres jouisse, enfin, de son droit à un référendum d'autodétermination. Et dire que cela prendra, seulement, «une journée, une seule journée», selon la belle formule de James Baker.
M. A. 
Le Soir d'Algérie, 29/11/2010

Le Parlement de l'UE ménagé, le PPE et l'Algérie fustigés

 
La résolution inédite votée par le Parlement européen dénonçant la répression exercée par le Makhzen contre la population sahraouie et réclamant une enquête indépendante sous l'égide onusienne sur les récents évènements sanglants s'étant déroulés à El-Ayoun, a surpris et fait paniquer le Palais royal, lequel a compris la gravité de cette initiative pour l'image de marque du Maroc vendue jusqu'alors par sa propagande, consistant en sa présentation en «pays où règne un climat de démocratie, de liberté et de modernité».

 L'affolement qui s'est emparé du Roi et de son Makhzen suite au vote de cette résolution les a fait réagir en organisant à Casablanca une «marche de soutien au Trône et de protestation contre le texte du Parlement européen». Sauf que les marcheurs ont été instruits de vilipender non cette institution européenne, auteur de la résolution, mais le Parti populaire espagnol (PPE) et l'Algérie. Comme si ce sont ce parti et ce pays, et non le Parlement de Strasbourg, qui sont en cause dans l'affaire qui met en mauvaise posture le Royaume sur la scène internationale.

 C'est encore une autre manœuvre royale de diversion cherchant à accréditer au sein du peuple marocain l'illusion que l'indignation et les condamnations internationales dont leur pays est l'objet concernant le problème sahraoui, découlent de la manipulation à laquelle procéderaient le PPE et l'Algérie, avec pour objectif «de nuire à l'intégrité du Royaume».

 Mohammed VI n'a pas désigné à la «vindicte populaire» le Parlement européen, parce que sachant qu'en le ciblant, il lui faudrait renoncer à se prévaloir des bonnes dispositions de l'Union européenne à l'endroit de la revendication marocaine sur le Sahara Occidental, comme il en a si longtemps bercé son peuple. Il lui était aussi plus facile de mobiliser son opinion nationale en la focalisant sur le prétendu sentiment antimarocain qui animerait le Parti populaire espagnol et l'Algérie.

 En recourant encore une fois, faute d'un autre argument, au stratagème du «danger extérieur», le Roi s'est offert le spectacle factice d'un semblant d'unité nationale autour de son trône et de sa politique sahraouie.

 La mise en scène ne désarmera nullement pour autant la réprobation et la pression internationales. Pas même celles du Parlement européen qu'il a fait ménager par les marcheurs de Casablanca. L'unanimité absolument inédite dont ont fait montre les eurodéputés n'est pas de celles que la diplomatie marocaine va pouvoir ignorer et espérer neutraliser en s'appuyant sur la propagande ayant pour base «les bonnes intentions» du Royaume sur le dossier sahraoui.

 La seule «bonne intention» du Maroc qui sera désormais entendue est que le Roi accède à ce que ses «fidèles sujets sahraouis», comme il le soutient, aient le droit «d'exprimer leur attachement au Trône et à leur marocanité» en usant de celui de l'autodétermination. Ce ne sont ni le Parti populaire espagnol ni l'Algérie qui font obstacle à cette perspective. Mais le Palais royal et son Makhzen.

 Vérité que la résolution du Parlement européen a eu le mérite de mettre en lumière, à la grande déconvenue de Mohammed VI, des autorités de Rabat et des quelques puissances étrangères alignées sur leurs thèses.

 Quant à l'Algérie que le Maroc fustige après chaque claque internationale, elle s'en tient à cette seule vérité et refuse de se laisser entraîner sur le terrain de la surenchère où veulent la mener le Roi et son Makhzen par leurs provocations. 
par Kharroubi Habib  
Le Quotidien d'Oran, 30/11/2010

Barcelone : le Forum de développement de l'Afrique du Nord marqué par la panne de l'UPM

Organisée le 22 novembre 0 Barcelone, la 7ème édition du Forum de développement économique de l'Afrique du Nord (NABDF) a fortement subi l'impact du report du sommet de l'UPM prévu le 21 novembre dans la même ville. Les participants au forum ont tenté, sans trop réussir, d'établir un distinguo entre le domaine politique et pratique. Un constat a été fait à nouveau : l'intégration Sud-Sud, soit le Maghreb, reste le grand absent.

Le programme annonçait une inauguration en grande pompe par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération espagnol et le président de la Géneralitat de Catalunya et la présence de pas moins de cinq ministres maghrébins et libanais pour plancher sur une thématique assez large : «L'Afrique du Nord : des changements qui inspirent».

Le «blocage du processus de paix au Proche-Orient» évoqué par le gouvernement espagnol pour l'annulation du Sommet et à un degré moindre les derniers événements enregistrés au Sahara Occidental ont certainement éloigné les perspectives d'union (intermaghrébine et euro-méditerranéenne) et fortement réduit les ambitions de la rencontre et par conséquent la présence d'intervenants de rang ministériel.

 Les officiels européens, à l'image du président de la Chambre officielle de commerce et d'industrie de Catalogne, ont martelé que la suspension du sommet est certes une mauvaise nouvelle mais qu'il était important de distinguer entre le processus politique et le niveau «pratique» dont il faut à tout prix garantir le fonctionnement en vue de maintenir les réseaux établis et de préparer l'Union.

Le secrétaire de l'économie du Gouvernement catalan, Andreu Morillas, s'appuie sur les signes forts que représentent la grande implication de l'UE dans la politique de bon voisinage et le soutien plus clairement exprimé de Bruxelles et de Berlin à la construction de l'UPM et a fortiori la relance du processus de Barcelone, pour marquer un optimisme grandissant dans le projet d'union.

L'amorce d'une sortie de la crise financière et les signes d'une relance de l'économie mondiale à venir doivent, selon certains intervenants, être considérés comme une opportunité pour la région, d'autant plus que l'Espagne traverse une crise sans précédent et que les pays du Maghreb doivent assurer une croissance de 6% au moins pour pouvoir absorber les jeunes qui arrivent sur le marché du travail.

L'intégration sud-sud, la «seule pièce qui manque»

Pour la partie européenne, le supplément de croissance nécessaire au développement doit aussi venir de l'intégration Sud/Sud qui est, selon un des intervenants, «la seule pièce qui manque» au processus de développement de la rive sud de la Méditerranée. Du point de vue de l'intégration verticale, des satisfecit ont été octroyés à la Tunisie et au Maroc, qui «sont des pays qui croient à l'UPM et qui font preuve d'avancées visibles au plan économique». Le Maroc était, pour l'occasion, le pays invité et les représentants marocains n'ont pas manqué d'afficher leurs bons scores, même s'ils admettent avec moins de véhémence qu'ils ne trouvent toujours pas leurs comptes dans les échanges. Les pressions incessantes de l'Espagne pour la restriction de l'entrée des produits agricoles marocains – essentiellement les tomates - et le départ de plus de 50 entreprises espagnoles du Maroc, pour cause de crise financière internationale, sont deux des de leurs points de désillusion.

 Les seuls officiels maghrébins présents à l'ouverture des travaux, soit Habib Benyahia, secrétaire général de l'Union du Maghreb arabe et Mohamed Abdeslam Baayou, président du Lybian Business Council, ont été encore plus «embarrassés» que leurs collègues européens. Entre l'affirmation péremptoire, par le représentant du patronat libyen, de la réalité du Maghreb arabe et de son incapacité à se poser comme partenaire solide de l'UE et des circonlocutions technico-diplomatiques du secrétaire général de l'UMA sur la démarche de «mise en ordre de la maison Maghreb», il est difficile de parler d'enthousiasme.

Le Maghreb, «zone d'opportunités»

Le SG de l'UMA a toutefois insisté sur la nécessité de créer ce monde de développement partagé qu'est l'UPM et de faire du Forum de développement économique de l'Afrique du Nord un véritable instrument de dynamisation de l'activité économique dans la région à travers le rapprochement des hommes d'affaires maghrébins et la mise en place de passerelles avec le reste du monde arabe dont les pays du Golfe. L'UMA semble ne pas vouloir accepter de se faire sonner les cloches sans réaction. Le SG de l'UMA ne manquera pas de rappeler que d'autres acteurs du marché mondial s'intéressent de près aux 85 millions de consommateurs que représente le Maghreb… mais que les préférences vont vers les amis traditionnels que sont les Européens. En bons politiques, les uns et les autres ont estimé que les 15 ans passés depuis le processus de Barcelone devaient être comptés en «temps historique» et valorisés pour créer le «miracle Euro-Maghreb-Méditerranée». Les rapports du FMI sur les pays du Maghreb, le rapport de la Banque mondiale sur l'intégration et l'intérêt de Bruxelles à cette même intégration maghrébine définissent le Maghreb comme une zone d'opportunités qu'il faut saisir… avant les autres concurrents du marché mondial.

Le scepticisme des acteurs

Les acteurs économiques et les experts ont été plus circonspects. Plus en prise sur les défis du Forum, ils se sont attelés à mesurer l'évolution des champs économiques et sociaux en montrant les progrès accomplis et en recensant les success stories dans des domaines tels que celui du rôle du secteur privé dans le développement, des industries agroalimentaires et du secteur médical. Des questions relatives aux énergies renouvelables et au développement du consulting et de l'ingénierie ont également fait l'objet de séances de travail. Les constats ne semblent pas reluisants et les progrès trop lents pour être réellement décisifs. Les retards accumulés au plan politique ont un impact plus lourd que ne le pensent les politiques. Cela même sur le développement des groupes privés et leur professionnalisation et partant à leur participation au développement de la région. Les cas de Cevital et de l'ETRHB, cités comme exemples parmi les six cas d'entreprises familiales en mutation, auraient gagné à être représentées dans les débats par leurs fondateurs mêmes, pourtant inscrits sur les programmes. L'internationalisation du secteur privé, voire même son intégration régionale est plus dans les projets que dans la réalité des choses. Les opérateurs clament leur souhait de voir les frontières s'ouvrir et les partenariats se densifier mais ils apparaissent plus arcboutés sur leurs parts de marché intérieur ou sur celles qu'ils ont acquises à l'extérieur.

Les patriotismes économiques… européens

L'atelier sur les industries agroalimentaires a encore une fois montré les difficultés à trouver des solutions aux véritables obstacles au développement du secteur. Les partenariats gagnant-gagnant sont diversement appréciés… notamment par les opérateurs du Maghreb qui continuent à penser que les patriotismes économiques sont plus le fait des Européens. Le soutien aux produits agricoles décidé par Bruxelles et les accords de libre-échange amincissent de plus en plus les chances du Maghreb de se frayer un passage vers les marchés du Nord et relèguent au second plan les réflexions et les voies à suivre pour arriver à la compétitivité.

 Les initiatives, somme toute pragmatiques, de Barcelone, capitale d'une Catalogne frappée de plein fouet par la crise, pour trouver une sortie vers la rive sud de la Méditerranée semblent avoir plus de chance de réussir que ses ambitions, en tant que siège du secrétariat permanent de l'UPM, à réchauffer le cœur même des acteurs économiques les plus ardemment engagés dans la construction de cette Union pour la Méditerranée. 
par Said Merad - Envoyé Spécial  
Le Quotidien d'Oran, 30/11/2010

Mohamed Abdelaziz défie le roi Mohamed VI

Mohamed Abdelaziz, président de la Rasd, vêtu d’un treillis militaire, s’est montré aussi déterminé, défiant le roi du Maroc, Mohamed VI. Il a, dans son intervention, à l’occasion de la célébration du trente-cinquième anniversaire du Conseil national sahraoui, dimanche, à Ousserd dans les camps des réfugiés sahraouis de Tindouf, affirmé que le peuple sahraoui, soutenu par le Front Polisario ne baisserait jamais les bras «jusqu’à ce que l’Indépendance, et rien d’autre que l’Independence soit arrachée». 

Sur un autre registre le secrétaire général du Front Polisario, a assuré en outre que la récente marche de Casablanca est un autre échec qui vient s’ajouter à une liste déjà longue des scandales du régime marocain. «Le gouvernement marocain veut cacher son échec et se laver les mains, en dénonçant la position algérienne. Nous dénonçons les manoeuvres marocaines. Nous sommes solidaires avec l’Algérie et les partis politiques espagnols qui ont condamné l’attaque du camp de la liberté », a-t-il dit. Et d’ajouter dans ce contexte : Nous disons au gouvernement marocain que la Rasd est un choix du peuple sahraoui. Ce qui s’est passé à Gdeim Izik renforce notre conviction et ses prisons nous ne font pas peur. 

Nous ne quitterons pas notre pays. Nous préférons vieillir ou mourir s’il le faut dans les prisons que d’aller s’exiler ailleurs que notre patrie. Que le Maroc sache que l’ère du colonialisme est révolue. Que ni ses blindés, ni son armée ni encore moins sa machine répressive ne dissuaderont les Sahraouis à aller de l’avant dans son combat pour la liberté, a encore ajouté le président de la Rasd. À ses dires, le chauvinisme aveugle marocain ne l’emmènerait sans nul doute dans une impasse «où l’issue lui serait difficile de retrouver».

IMPOSSIBLE D’ÉTABLIR UN BILAN EXACT DE LA RÉPRESSION DU CAMP D’EL AYOUN
Abordant les derniers événements de Gdeim Izik, Mohamed Abdelaaziz s’est interrogé sur le sort des 300 000 sahraouis qui n’ont fait, a-t-il remarqué, que revendiquer leurs droits élémentaires. «Dans le Camp de la Liberté, des Sahraouis demandent l’autodétermination et une vie décente. En face, les sbires de Mohamed VI ont usé de tous les moyens militaires dont ils disposent pour réprimer, dans le sang, une contestation pourtant pacifique», a-t-il déploré. Dans ce sillage, sans pour autant préciser le nombre de morts, ainsi que le nombre exact des disparus, le président sahraoui a souligné qu’il est impossible d’avancer un bilan. 

«El Ayoun, est sous état de siège, les militaires, gendarmes et autres policiers marocains sont visibles dans le moindre recoin. Les journalistes, au même titre que les observateurs internationaux sont interdits d’accès dans cette ville. De ce fait, il nous est quasiment impossible d’établir un bilan exact, mais ce qui est sûr et même certain c’est que les atrocités ont dépassé le seuil de l’imaginable. Malgré tout cela, malgré tous les maux, les Sahraouis sont sortis vainqueurs. Les Sahraouis sont plus forts et surtout déterminés plus que jamais», a-t-il conclut.

LE FRONT POLISARIO N’EXCLUT PAS LE RECOURS AUX ARMES
Auparavant, le président du Conseil sahraoui en exercice, Khatri Adouh n’a pas exclu le recours aux armes de la part du Front Polisario afin d’arracher son droit à la vie que le Maroc tente de lui confisquer depuis l’invasion du Sahara Occidental en 1975. Il dira à propos que le régime marocain persiste dans son entêtement tournant le dos à la législation internationale. De ce fait, enchaînera-t-il, le recours à la lutte armée semble de plus en plus une nécessité absolue. Quant à la France, éternel appui du régime de Mohamed VI, le président du Conseil national sahraoui s’est dit pas du tout étonné après que cette dernière ait usé de son droit de véto empêchant l’envoi d’une mission d’enquête onusienne à El Ayoun. Selon lui, la France est de tout temps derrière le Maroc à chaque foi qu’il s’agit de commettre des violations à l’encontre des populations sahraouies. 

Le président du Conseil sahraoui a également démenti les propos marocains faisant état de retrait de la reconnaissance de la Rasd de la part de quelques nations, saluant au passage la récente décision du Parlement européen condamnant les massacres de Gdeim izik. Dans son intervention,Tayeb Houari, président du Club d’amitié parlementaire algéro-sahraoui, a déclaré : «Notre présence est un geste de solidarité avec nos camarades parlementaires sahraouis et les victimes du camp de la Liberté.» Il a poursuivi en mettant l’accent sur «le travail accompli par le Parlement sahraoui et la place qu’il occupe dans le monde parlementaire africain». Avant d’évoquer « la sauvagerie avec laquelle l’armée marocaine s’en est prise à la population isolée du Camp de la Liberté qui ne demandait que de vivre dignement sur la terre de ses ancêtres». 

À noter, en outre, qu’à l’occasion, une marche de solidarité avec les victimes de la barbarie marocaine à Gdeim Izik s’est tenue le jour même. Une marche à laquelle ont pris part tous les membres du Conseil national sahraoui ayant siégé depuis sa création le 28 novembre 1975. Cette manifestation était également une opportunité pour les délégations parlementaires venues notamment du Mexique, du Nigéria, de Cuba et enfin de l’Algérie qui était fortement représentée par une délégation de 25 députés et sénateurs. Les parlementaires étaient unanimes à dénoncer le massacre perpétré le lundi 8 novembre 2010 contre les populations sahraouies dans le Camp de la Liberté.  
 De notre envoyé spécial à Tindouf, Farid Houali
Le Courrier d'Algérie, 30/11/2010

Dangereuse, la magie noire...

Un trône qui, tel un apprenti sorcier stagiaire, prend la responsabilité de designer notre généreuse Algérie comme l’ennemi.

Avant-hier, on faisait marcher une nouvelle fois le peuple marocain. La marche, selon les dires locaux, aurait réuni environ l’équivalent de la totalité presque de la population de la capitale de la belle Algérie. Trois millions de manifestants se seraient donc concentrés… dans l’artère principale de Casablanca pour soi-disant dénoncer les atteintes espagnoles à l’intégrité territoriale du Maroc. Parallèlement, les étudiants et écoliers sahraouis se faisaient réprimer à Smara et à El-Ayoun, pour justement appuyer les positions espagnoles condamnant l’usage de la violence contre les populations sahraouies des territoires occupés et réclamant une enquête internationale sur l’assaut meurtrier du 8 novembre à Gdeim Izik. 

Selon le journal El Mundo, 21 enfants victimes de brutalités policières se trouvaient, ce jour-là, à l’hôpital de Smara, la capitale spirituelle du Sahara occidental. Ce qui laisse penser que le trône compte profiter de l’impunité que lui assure Paris et poursuivre ses actions représailles sans tenir compte de la désapprobation internationale ou de la résolution réprobatrice du Parlement européen. Un trône qui, tel un apprenti sorcier stagiaire, prend la responsabilité de designer notre généreuse Algérie comme l’ennemi. Une initiative qui semble faire des émules chez la classe politique marocaine où des voix viennent se joindre à celle du makhzen pour singer un roi devenu envers nous plus hostile que notre ennemi éternel, Israël. 

Avant-hier, Abbas El Fassi, du parti Istiqlal, le champion du Maroc biblique, disait : «A travers cette imposante marche, nous adressons un message aux adversaires de notre intégrité territoriale, en particulier notre voisin algérien (…).» Et on a beau tourner et retourner les propos du personnage, on n’y trouve rien d’amical, mais on y décèle l’hostilité et la menace. On y décèle surtout moins de doigté par rapport à la démarche de feu Hassan II, lorsque parlant de la marche verte, il disait que le peuple marocain a dit son mot et qu’il restait à entendre celui du peuple algérien. Ce à quoi la jeunesse algérienne avait vite répondu en défilant en masse dans les artères d’Alger. Une jeunesse qui, contrairement aux apparences, sait répondre au quart de tour quand cela s’impose, comme l’a récemment démontré l’épopée d’Oum Dorman. 
M. Z. mohamed_zaaf@yahoo.fr
Le Jeune Indépendant, 30/11/2010

Soirée sur le Sahara Occidental, projection-débat "Une république en exil" le 2 décembre à Paris

Jeudi 2 décembre, 19h, Maison des Associations du 3ème, 5 rue Perrée, M° République / Temple

Soirée sur le Sahara Occidental,


Projection-débat "Une république en exil" de Cheikh Djemaï de 2007, durée 52mn


Avec


Michèle Decaster de l’AFASPA,

France Weyl avocate et observatrice de l’Association Internationale des Juristes Démocrates et membre de l’association Droit Solidarité,

Jean-Paul Lemarec secrétaire général du CORELSO, Bachir Mouride de l’ AFAPREDESA

Brahim Sabbar de l’ASVDH, Association Sahraouie Des Victimes des Violations Graves des Droits de l’Homme Commises par l’Etat du Maroc

sous réserves Brahim Sabbar militant des droits de l’homme ex disparu et emprisonné

et, sous réserves, le réalisateur du film Cheikh Djemaï.

Au Sahara occidental occupé par le Maroc, une véritable intifada est en cours. Le gouvernement français est le principal obstacle à la paix au Sahara Occidental et refuse l’extension des prérogatives de la MINURSO à la surveillance des droits de l’Homme. Le droit international ne s’applique pas. Lors de notre soirée nous essaierons d’expliquer le contexte, les ressorts qui font d’une décolonisation ratée le socle d’une lutte légitime pour le droit à l’autodétermination qui, depuis 1991, date du cessez-le-feu entre le Maroc et le Front Polisario, est approuvée par le Conseil de Sécurité des Nations unies à l’exception de la France....

Source : HNS-INFO, 29/11/2010

Le Maroc dans l’impasse

Ses arguments battus en brèche par les appels du Parlement européen et de Human Rights Watch à une “enquête indépendante” sur les sanglants événements de Gdeim-Izik contre les civils sahraouis, et affaibli sur la scène internationale, le Maroc montre des signes d’affolement, comme en témoignent ces accusations farfelues contre l’Algérie et le parti espagnol PP, désignés responsables de sa déroute diplomatique.
 
Acculé dans ses derniers retranchements par le coup de massue qu’a constitué la résolution du Parlement européen condamnant l’usage disproportionné de la force contre les civils sahraouis le 8 novembre dernier à Gdeim-Izik, près de El-Ayoune, et appelant à une “enquête indépendante” des Nations unies sur ces violents événements, le Maroc a vu sa position s’affaiblir davantage avec la condamnation des ONG de défense des droits de l’homme Human Rights Watch et Amnesty International, des violations des droits de l’homme au Sahara occidental appuyant également l’appel à faire la lumière sur le sujet. Il faut croire que Rabat a été ébranlé par la résolution des eurodéputés, qui vient chambouler toute sa stratégie en la matière, elle qui comptait énormément sur le silence complice du Vieux Continent pour imposer aux Sahraouis ses thèses colonialistes. Connaissant bien le poids de cette institution européenne sur les scènes continentale et mondiale, le Makhzen a compris sa douleur, parce que les conséquences seront désastreuses sur sa politique étrangère, particulièrement le dossier du Sahara occidental.

En effet, il pourrait en avoir un aperçu dès le mois prochain à l’occasion des nouvelles discussions sur l’accord d’association Maroc-Union européenne, à l’ordre du jour duquel figure la question du Sahara occidental, selon un membre de la Commission européenne. Dans le même ordre d’idées, l’eurodéputé Luigi de Magistris, du parti Italie des valeurs (IDV), qui est l’un des auteurs de la résolution du Parlement européen condamnant le Maroc, a affirmé qu’après le vote, “nous continuerons à suivre de près la conduite des parties (au conflit)”, avertissant que cela “pourrait affecter la reconduite de l’accord de pêche entre l’Union européenne et le Maroc, en mars 2011”.

Ainsi, les risques sont importants pour Rabat, qui redoute que ses privilèges soient remis en cause. Il n’en demeure pas moins que le royaume alaouite s’entête à faire diversion en refusant, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Tayeb El Fassi, que les Nations unies mènent une enquête sur les événements de violence de El-Ayoune, et que la minurso jouisse de prérogatives en ce qui concerne les droits de l’homme. Sans surprise aucune, le chef de la diplomatie marocaine a trouvé le bouc émissaire idéal en affirmant que “cette question fait les affaires de nos adversaires, le Polisario et l’Algérie”.

Fidèle à ses pratiques, qui consistent qu’à chaque fois que le Maroc est condamné sur la scène internationale, le Makhzen désigne l’Algérie comme responsable de ses malheurs et la jette à la vindicte populaire marocaine, comme ce fut le cas dimanche lors de la manifestation “spontanée”, où le parti politique espagnol PP a eu aussi droit à des critiques acerbes. Il est accusé d’avoir “intensifié, ces dernières semaines, ses actions hostiles au royaume”, et cherché à instrumentaliser “cette affaire à des fins électoralistes et politiciennes”.

Voilà des pratiques habituelles, qui ressortent à chaque fois que le Maroc est en mauvaise posture sur la scène internationale dans le dossier du Sahara occidental. Mais, cette fois-ci, l’addition risque d’être salée pour Rabat, dont le tort toujours cette fois-ci est d’avoir affaire à des institutions, le Parlement européen et les ONG de défense des droits de l’Homme (Amnesty international et Human Rights Watch), qui ne badinent pas avec la légalité internationale.

La 18ème édition du Festival de la culture: "une plate-forme de solidarité avec les victimes de Gdeim Izik (ministre de la culture)

Aousserd (camps de réfugiés sahraouis) 29/11/2010 (SPS) La ministre de la Culture, Mme Khadija Hamdi a indiqué que la 18ème édition du Festival national des arts populaires et de la culture constitue "une plate-forme de solidarité avec les victimes du camp de Gdeim Izik et la ville occupée d’El Aaiun et un rejet de l’occupation marocaine du Sahara occidental".

"L'assaut meurtrier contre le camp de Gdeim izik est une forme de représailles contre l'identité nationale sahraouie manifestée par des tentes dans le désert qui relatent l'authenticité et la continuation de cette identité", a précisé la ministre.

"La culture demeure également une forme de résistance à l’instar de la lutte armée et la résistance pacifique menée par la population sahraouie dans la partie occupée du Sahara occidental, au sud du Maroc et dans les universités marocaines", a ajouté la ministre.

Le festival de la culture qui s’est ouvert ce lundi à la wilaya d’Aousserd prendra fin dans la nuit par l’annonce des résultats des compétitions entre les dairas de la wilaya, selon l’agenda des festivités.

Par ailleurs, le festival organisé cette année au niveau régional se poursuivra dans les autres wilayas dans les prochains jours et sera clôturé à l’occasion du 35ème anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique, le 27 février 2011, ont indiqué les organisateurs. (SPS)

Sahara : Le mutisme complice des uns et des autres

Au Sahara occidental, l’injustice et les tueries sont au quotidien. Jusqu’à quand donc ce mutisme complice de la part des uns et des autres ? 

Faut-il encourager, par-ci et par-là, dans leurs constantes dérives ceux qui se plaisent à se croire des intouchables en ce monde où les grandes instances internationales qui le gèrent semblent toujours user du droit « des deux poids deux mesures » ?

Y aurait-il donc sur cette terre qui sent la putréfaction : des êtres, des semblants d’êtres et des non êtres, parmi tous les êtres humains qui la peuplent ?

Le manque de décisions fermes et décisives à l’encontre de ceux qui font fi du respect d’autrui, c’est -à- dire ceux qui font toujours fi des décisions de ces grandes Instances mondiales et qui ne sont guère décidés à mettre un terme aux dépassements qui sont les leurs ne fait que compliquer les situations et encourager cette anthropophagie qui veut s’installer un peu partout dans ce monde malade : malade de ses hommes, de ses maîtres, de ceux qui pensent toujours que c’est toujours, et encore, leur règne. Ô Injustice caractérisée qui perdure ! 

L’attaque de la part de l’armée marocaine du camp de Gdeim Izik prés de la ville occupée d'El Aaiun, ( Laâyoune ou El-Ayoun), capitale de la RASD, proclamée sous contrôle marocain, n’avait-il pas fait plus de 19 Sahraouis tués, 723 blessés et 159 disparus selon un bilan provisoire du gouvernement sahraoui ? 

Cette attaque ne serait –elle pas une punition à cause du rejet de l'occupation marocaine et la demande du droit à l'autodétermination par le peuple sahraoui? 

N’est-ce pas aussi une manière d’entraver encore les négociations en cours ?
Il faut que tous les amoureux du Sahara se déclarent de par le monde et fassent entendre leur courroux.
Qu’ils prennent position !
Qu’ils condamnent vivement!
Le Sahara n’est-il donc beau que par son histoire millénaire, ses paysages féeriques, sa faune qui nous captive et sa flore qui nous subjugue ?
Et ses hommes ?
Leur mort est-elle si négligeable ?

Si le Maroc propose la solution de l'autonomie.
Le Polisario, lui, rejette cette proposition et réclame l'autodétermination. N’est-ce pas si légitime à l’orée de l’an 2011 ?
Depuis le 27 février 1976 le Front Polisario a proclamé la RASD : République arabe sahraoui démocratique, revendique la souveraineté sur le territoire du Sahara occidental , cependant l'ONU considère que la décolonisation elle-même n’est pas terminée et ne reconnaît ni la RASD qui est membre de l'Union africaine depuis 1982 ni la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. 

Entre temps, les peuples à chaque confrontation armée, payent un lourd tribut quant au peuple sahraoui qui ne compte pas plus de 200 000 âmes, c’est l'épuration ethnique pure et simple qui l’aurait guetté si ce n’était les camps de réfugiés de la région de Tindouf, en Algérie, qui abritent la majorité de la communauté sahraouie en exil, dont le président de la RASD : Mohamed Abdelaziz. Pourquoi tout ce laxisme? Pourquoi faire perdurer le mal et tout ce mal ? Après les derniers événements meurtriers au Sahara Occidental , en Espagne par solidarité avec le Peuple Sahraoui, des manifestants de différentes sensibilités ont martelé le pavé et ont crié à l’injustice que subit toujours et de plus en plus ce peuple que l’on martyrise impunément.

Les manifestants espagnoles interpellent le gouvernement afin qu’il intervienne dans la résolution du conflit puisque c’est lui la puissance coloniale tutélaire.
Alors, pourquoi ne pas conjuguer tous les efforts afin que le recensement final des votants ait lieu au plus vite et que le référendum sur le statut final se fasse ? Pourquoi tarder encore et favoriser l’enlisement et la tuerie entre deux peuples frères ? Enfin, l’Espagne, face à ses rues qui commencent à gronder, s’empresse de demander des «éclaircissements» au Maroc.
LEMILITANTSANSFRONTIERES 
Le Révolté, 29/11/2010

Editorial d'El Pais : L'Europe et le Sahara

Le Parlement Européen a demandé au Gouvernement marocain une enquête indépendante sur les événements du Sahara Occidental, concernant l'assaut du campement d'Agdaym Izik et la répression des protestations à El Aaiún. L'assaut au campement d'Agdaym Izik doit être enquêté, et par un organisme indépendant en plus, puisque, même si le Maroc dans son contrôle de fait sur le territoire pour traiter les affaires sahraouies comme s'il s'agissait d'une affaire interne, la vérité c'est qu'il s'agit d'une controverse internationale.

Les manifestations massives que Rabat concocte, comme celle d'hier à Casablanca contre la haine supposée du PP espagnol contre le Maroc, ne doivent pas servir de distraction du problème principal. Le Gouvernement de Rabat a abîmé sa crédibilité après avoir décrété un blocus médiatique qui continue en vigueur, même si on a autorisé quelques médias, parmi eux ce journal, à envoyer des correspondants à El Aaiún.

Après l'assaut au campement, les indices se multiplient sur le fait que les détenus sahraouis pourraient être soumis aux mauvais traitements. Il existent aussi des témoignages que les forces marocaines de sécurité, appuyées par des civils, ont assailli les maisons et les commerces. Le manque de la transparence avec laquelle le Gouvernement de Rabat agit joue contre ses intérêts, puisqu'il accorde une crédibilité à ces indices et à ces témoignages. Par conséquent, enquête sollicitée par le Parlement Européen est encore plus nécessaire.

Le rôle décisif que le Maroc joue dans la stabilité internationale n'est pas un aval à toutes les actions entreprises par son Gouvernement entreprend. Au contraire, c'est un argument additionnel pour qu'on respecte les droits des personnes et la liberté d'information. Faire du Sahara un scénario pour appliquer la politique de deux poids-deux mesures ne résoudra pas le contentieux ni réduira certains des risques de sur lesquels le Maroc s'est compromis auprès de l'Europe et du reste de la communauté internationale.
El Pais, 29/11/2010

Traduction non-officielle de Diaspora Saharaui

Les vérités de Moustapha Ould Selma Ould Sidi Mouloud

En remarquant le retard pris par les autorités marocaines à répondre à sa requête de rentrer chez son père à Smara, Moustapha se rend compte qu'il a été malmené par le Makhzen.

Le Maroc désire que "leur militant des droits de l'homme" reste le plus longtemps possible chez le Polisario pour pouvoir continuer le concert orchestré pour tromper les marocains et la communauté internationale.

Le fonctionnaire de l'HCR qui lui rend visite régulièrement déclare être soumis au secret professionnel, surtout lorsqu'il s'agit de la vie privée d'un individu. Moustapha doit avoir demandé au fonctionnaire onusien de révéler les détails de son triste périple.

Maintenant il voit comment le Makhzen l'a laissé tomber jusqu'au point de devenir un apatride dont aucun pays ne veut accueillir. La Mauritanie a accepté à condition que ce soit provisoire, en attendant de lui trouver une destination.

Déçu, se considérant sali par les marocains, trahi par ceux qui lui ont promis des merveilles, Moustapha se livre aux confidences avec las sahraouis. Lors de son séjour à Zouérate, il avoue avoir remarqué des gens qui lui filaient. "Les marocains voulaient me tuer pour jeter la responsabilité sur le Polisario", affirme-t-il. Il sait qu'ils sont capables de le faire. C'est la raison pour laquelle le Front Polisario ne peut le confier à personne sauf à la plus haute instance onusienne pour les réfugiés : le HCR. Celui-ci cherche depuis presque deux mois une solution pour faire sortir Moustpha de M'heiriz, aux territoires libérés du Sahara Occidental.

Bujari : “Comment demander aux Sahraouis de tendre l’autre joue ?”

Déplorer la violence. Voilà la formule sur laquelle les 15 membres du Conseil de Sécurité de l’ONU se sont mis d’accord après trois heures de réunion à portes fermées. Le Maroc s’est montré satisfait, tandis que le Polisario évaluera la possibilité d’interrompre les dialogues de Paix.

D’après des sources diplomatiques, certaines délégations, dont la France – tenant du droit de veto –, ont refusé que l’ONU envoie une mission d’enquête ou impose une peine au Maroc, mais ont fini par accepter de regretter, de manière générale, l’épisode de violence.

“Les membres du Conseil déplorent la violence à Laâyoune et dans le camp de Gdeim Izik et présentent leurs condoléances aux familles de morts et blessés qui y sont tombés”, a dit le président de tour du Conseil de Sécurité, l’ambassadeur britannique Mark Lyall Grant, dans ses brèves déclarations à la presse, sans ouvrir la voie aux questions.

Le diplomate britannique a renouvelé le soutien du Conseil de Sécurité à la Mission des Nations Unies dans le Sahara Occidental (MINURSO) et a demandé “une plus grande volonté politique” au Maroc et au Front Polisario, afin de trouver une solution au conflit à travers le processus de négociations que patronne les Nations Unies.

Lors de la réunion, les délégations ont écouté un rapport du Secrétaire général adjoint de l’ONU pour les Opérations de Paix, Atul Kharé, sur le démantèlement du camp de Gdeim Izik et les protestations à Laâyoune. D’après certaines sources, Kharé a expliqué, dans son intervention, que les autorités marocaines ont restreint la liberté de mouvement de la MINURSO, laquelle n’a pu accéder aux zones de conflit.

En plus, l’envoyé spécial pour le Sahara, Christopher Ross, a informé sur la réunion informelle tenue entre les parties dans la banlieue new-yorkaise, la semaine dernière, et dans laquelle elles se sont engagées à poursuivre le dialogue.


INTERRUPTION DES NÉGOCIATIONS

Le représentant du Polisario auprès de l’ONU, Ahmed Bujari, a dit à GuinGuinBali que la position du Conseil peut être vue comme “un verre à moitié plein ou à moitié vide”.

Bujari estime positif le fait que plusieurs membres du Conseil, dont le Mexique, “aient œuvré pour que les événements du Sahara occupé ne passent pas inaperçus”.

Mais cela ne suffit pas. Le Polisario demandait d’appliquer une peine au Maroc et que l’ONU envoie une mission d’enquête ; il avait d’ailleurs menacé d’interrompre les négociations de paix avec le Maroc s’il ne l’obtenait pas.

“L’ONU a perdu l’occasion de revitaliser un processus de paix stagnant, par la faute de la France, qui s’est opposée à une enquête, par peur que le monde connaisse la vérité”, a déclaré Bujari.


Autre demande rejetée par le Conseil de Sécurité, celle d’ajouter un composant de droits humains au mandat de la MINURSO.

Face à cette situation, Bujari admet qu’il y a “un haut risque que « tout s’ébranle»”. Il affirme que, maintenant, ils doivent évaluer “tous les facteurs de l’équation” et tenir compte de la volonté du peuple sahraoui. “Nous devons tenir compte que la plupart des Sahraouis ne voit pas de perspectives sérieuses pour un processus de paix. Le Maroc a miné le drapeau pacifique qu’il portait. Comment demander aux Sahraouis de tendre l’autre joue ?”

L’ambassadeur du Maroc auprès de l’ONU, Mohammed Loulichki, affirmait, en sortant de la réunion, que son pays a en tout moment collaboré avec la mission de paix des Nations Unies et ponctuellement informé des actions de ses forces de sécurité.


“Nous estimons positif le contenu de la déclaration, ainsi que les condoléances présentées par tous les membres du Conseil de Sécurité aux familles des victimes”, disait le diplomate marocain dans ses déclarations à Efe.
“Pour lui, il s’agit du “massacre” d’une dizaine d’agents des mains des manifestants sahraouis. “Il est clair que les forces marocaines ont agi avec la majeure contention et que les autorités ont donné des ordres afin d’éviter qu’il y ait des victimes.”


Le porte-parole de Human Rights Watch (HRW), Philippe Bolopion, a affirmé que la MINURSO est demeurée “aveugle” au moment où ont eu lieu les incidents parce qu’elle manque d’autorité et de ressources pour surveiller le respect des droits humains dans le Sahara Occidental.

Quant aux différents nombres de victimes, HRW confirme la mort de deux civiles et l’arrestation d’une centaine de Sahraouis.


Par ailleurs, Rabat reconnaît treize morts (onze agents et deux civiles sahraouis), tandis que le Polisario parle de 36 morts et 700 blessés.
Guinguinbali, 17/11/2010


Les écoles de Smara assiégés par des colons marocains et il 21 blessés

La tension monte et se propage au Sahara Occidental. De fait, le conflit s'est déplacé à Smara, où des ciotyens Marocains protégés par la police marocaine sont entrés dans quelques écoles et il y a 21 enfants blessés à l'hôpital, selon des sources locales.

Smara est une ville du désert qui se trouve au nord-est du Sahara Occidental. C'est la dernière ville avant d'arriver au mur que sépare le Sahara Occidental du Sahara libre.

Hier soir a eu lieu une manifestation d'étudiants de soutien à la résolution du Parlement Européen, qui condamnait l'usage de la violence durant l'assaut au campement de 'Gdeim Izik' et demandait une enquête indépendante de l'ONU au Sahara.

Mais à El Aaiún, la capitale de l'ancienne colonie espagnole, le calme ne règne pas non plus. La Police marocaine est aussi entrée dans l'Institut Mohamed VI grâce aux affrontements entre les étudiants marocains, qui voulaient faire une protestation antiespagnole comme à Casablanca, et les sahraouis.
El Mundo, 29/11/2010

Le Front Polisario salue « une victoire » pour les Sahraouis

La résolution du Parlement européen favorable à une enquête de l’ONU sur les violences survenues le 8 novembre au Sahara occidental, est « une victoire » pour les Sahraouis, a estimé samedi 27 novembre le Front Polisario. La résolution du Parlement européen (PE) « constitue une victoire pour le peuple sahraoui et une attestation internationale battant en brèche les allégations de Rabat », a estimé le Premier ministre sahraoui Taleb Omar, cité par l’agence APS. 

Selon cette résolution adoptée jeudi à Strasbourg par les eurodéputés, les Nations Unies « constitueraient l’organisation la plus à même de mener une enquête internationale indépendante en vue de clarifier les événements, les décès et les disparitions » survenus le 8 novembre au camp de Gdim Izik, près de Lâayoune, chef lieu du Sahara occidental. Les forces d’occupation marocaines avaient alors procédé à la destruction d’un camp de Sahraouis contestataires.

Le Front Polisario a accusé la France d’avoir empêché la mise en place d’une telle enquête par le Conseil de sécurité de l’ONU. Selon le responsable du Front Polisario, cette résolution accordera aux sahraouis « une nouvelle immunité juridique de la part de la plus importante institution démocratique qui respecte les droits de l’homme ».

Le Maroc a « regretté » jeudi la résolution du PE, estimant qu’il s’agissait d’un texte « partial, injuste, non objectif et précipité », selon le ministre marocain de la Communication Khalid Naciri. Selon Rabat, les incidents de Gdim Izik ont fait 13 morts, dont 11 parmi les forces de l’ordre. Le Front Polisario a fait état pour sa part de « dizaines de morts ».
Yourdz, 28/11/2010

Maroc : Panique au palais royal

La dernière résolution du Parlement européen en faveur de l’autodétermination du peuple sahraoui, qui appelle l’ONU à envoyer une commission d’enquête sur l’agression contre El Aaiun, semble avoir ébranlé le palais. Hier, Mohammed VI a «répondu», à sa manière, à la mise à nu européenne en ameutant ses sujets à Casablanca.

Ils étaient près d’un million, même trois millions pour les amateurs de la gymnastique des chiffres, à s’être rassemblés dans la capitale économique du royaume pour crier – au propre et au figuré – leur attachement à la «marocanité» du Sahara.

Brandissant des drapeaux marocains comme lors de la «marche verte» de 1975, ces bons sujets de sa majesté ont longuement brocardé le parti populaire espagnol à l’origine de la résolution du Parlement européen. C’est la première fois depuis 35 ans que la monarchie organise une mobilisation aussi importante, alors que sa propagande se voulait rassurante sur le succès international de son «plan d’autonomie». Mais le ton et les termes de la résolution du Parlement européen constituent une véritable claque au makhzen. C’est aussi un cinglant échec de 19 années d’activisme diplomatique qui a tenté de vendre une image d’un Maroc des droits de l’homme et où les Sahraouis occupés respirent la joie et la quiétude dans le royaume du «commandeur des croyants».

Mariage de raison

C’est cette image déformée que les eurodéputés – porte-voix des peuples d’Europe – ont dénoncée dans leur résolution inédite, pendant que les dirigeants politiques de certains Etats, notamment la France et l’Espagne, continuent leur mariage de raison avec la monarchie. Le rassemblement d’hier s’apparente donc à une «marche verte bis» déclinant un Maroc uni en bloc derrière son souverain pour la «cause sacrée». Quasiment tous les partis politiques ont répondu à l’appel de la «patrie» dans une sainte alliance contre… un parti espagnol ! «La marche populaire de Casablanca constitue un nouveau message du peuple marocain à tous ceux qui pensent pouvoir nuire à l’intégrité territoriale du royaume.»

Le propos est celui du président du Rassemblement national des indépendants (RNI), Salaheddine Mezouar. Voilà qui montre la voie royale. Mieux encore, ce responsable pense que cette marche «illustre le climat de démocratie, de liberté et de modernité prévalant au Maroc». Comme si ces milliers de personnes étaient spontanément sorties dans la rue. Mais aussi, paradoxe, elle est «un message d’amitié et de fraternité au peuple espagnol pour lui signifier qu’il ne doit pas se laisser entraîner par les mensonges des forces rétrogrades et que les deux peuples se doivent de vivre dans la paix et la fraternité».

La sainte alliance

C’est une bien curieuse façon de «draguer» le peuple espagnol majoritairement acquis à la cause sahraouie.

Les organisateurs de la marche d’hier, qui se recrutent parmi tous les partis politiques représentés au Parlement y compris les islamistes du PJD, les syndicats, ont protesté contre une résolution jugée «partiale et injuste». On y a entendu surtout des slogans hostiles au Parti populaire (PP) espagnol, qualifié de parti «fasciste».

Cette démonstration de force, qui servira sans doute la monarchie, mais ne pourra pas effacer la teneur de la résolution du Parlement européen, constitue la première action du plan de riposte. Mercredi prochain, le MAE marocain se rendra à Strasbourg pour faire entendre, vainement, la version royale des tragiques événements d’El Aaiun. Mais le coup est déjà parti. Autre manœuvre, Mohammed VI a donné, vendredi, son onction à Ahmadou Ould Souilem, le transfuge sahraoui, qu’il vient de nommer comme ambassadeur de sa majesté au royaume d’Espagne.

Qui mieux, pense-t-il, qu’un Sahraoui «retourné» pour plaider la cause de l’autonomie chez ce voisin bienveillant, mais parfois encombrant, en effet ! Mais tout compte fait, le roi du Maroc est conscient que ses certitudes sur le Sahara occidental sont désormais bousculées par la mise à nu d’El Aaiun. Le monde entier a découvert en «live» à quoi ressemblait la vie – plutôt la mort – dans un territoire occupé. Les persécutés ne sont pas à Tindouf, mais bel et bien à El Aaiun, Dakhla, Smara et dans toutes les villes sahraouies occupées.
Yourdz, 29/11/2010

Brasil : Una querella contra Emboirik por abuso y difamación

La familia de la ex-novia del diplomático saharaui Emboirik Ahmed ha depositado una querella ante la justicia brasileña contra él por abu...