Un exemple de "bon voisinage"

L'agence PANA, via Mauritanie-web a rapporté  dimanche que la gendarmerie mauritanienne de la région de Nouhadibou, à 465 kilomètres au nord de la capitale, a saisi vendredi soir deux tonnes de haschich sur un routier marocain qui faisait le trajet Casablanca-Nouakchott, selon la presse locale.
La drogue qu'il tentait d'introduire en Mauritanie était répartie en 79 colis de 25 kilos.
La société mauritanienne commence à recueillir les fruits du bon voisinage marocain. Il ne serait pas étonnant si le gouvernement mauritanien, à l'instar du gouvernement algérien, décidait de fermer sa frontière avec le Maroc qui est, en réalité, la frontière avec le Sahara Occidental occupée.
Dorénavant, les douanes et la gendarmerie mauritaniennes auront du pain sur la planche 24h sur 24 et 7 jours sur 7 avec tous les camions chargés de marchandises qui traversent la frontière. Bonne chance!

Les visages multiples de la monarchie alaouite



Dans le cadre de la propagande marocaine visant à faire vénérer le roi qui, en plus de Commandeur des Croyants, est le président du Comité Al-Qods (Comité Jérusalem), l'agence du palais royal, MAP, a rapporté lundi 31 août que "le Khatib de la sainte mosquée Al Aqsa et vice-président de la haute instance islamique d'Al Qods, M. Youssef Joumaa Salama, a souligné le rôle pionner que joue SM le Roi Mohammed VI, président du Comité Al Qods, dans la préservation des caractéristiques culturelles, religieuses et civilisationnelles de la ville sainte."
Cependant, l'histoire des relations israélo-marocaines est loin de confirmer le dévouement de la monarchie alaouite à la cause palestine.
L'éminent bloggeur Ibn Kafka, même s'il ne porte pas le Front Polisario et l'Algérie dans son cœur,  comme la plupart des marocains, nous fait une analyse détaillée de ces relations.
-------------
Les rapports entre Maroc et Israël ont depuis l’avènement au trône de Hassan II toujours été étroits au niveau gouvernemental: coopération sécuritaire sous Oufkir et militaire sous Dlimi, visite de Shimon Peres à Ifrane en 1986, puis de Itzhak Rabin et Shimon Peres en 1993, présence d’Ehud Barak aux funérailles de Hassan II, échanges commerciaux substantiels à défaut d’être importants (48 millions de dollars d’importations en 2006, et ce uniquement pour les produits en plastique; contrats de sous-traitance et formation d’ingénieurs marocains en Israël), sans compter le tourisme israëlien au Maroc (en dépit de l’alerte terroriste récemment déclarée pour les touristes israéliens au Maroc par les autorités israéliennes, qui a provoqué le courroux des autorités marocaines). Le site du State department US, dans un geste qui montre à quel point il est difficile de distinguer les Etats-Unis d’Israël, évoque ainsi les relations maroco-israéliennes dans sa présentation du Maroc:
Le Maroc est actif dans des affaires maghrébines, arabes et africaines. Il soutient la recherche de la paix et la modération dans le Moyen-Orient. En 1986,  le roi Hassan II a pris le pas audacieux d'inviter le Premier ministre israélien Peres pour des pourparlers, devenant le deuxième leader arabe à recevoir un leader israélien. Après la signature de la Déclaration de Principes israélo-palestinienne de septembre 1993, le Maroc a accéléré ses liens économiques et les contacts politiques avec Israël. En septembre 1994, le Maroc et Israël ont annoncé l'ouverture de bureaux de liaison bilatéraux. Ces bureaux ont été fermés en 2000 après l'incessante violence israélo-palestinienne, mais les contacts diplomatiques maroco-israéliens continuent.
Mais le Maroc semble, depuis sa décision de fermer le centre de liaison israélien à Rabat, amèrement regretter ce geste, tant les autorités brûlent d’envie de renouer enfin officiellement avec Israël, indépendamment de la situation en Palestine:
----------------
Une délégation israélienne de plus de 120 membres est venue participer aux obsèques de Hassan II. Selon les révélations de Mohamed Hassanein Heikal (publiées dans la revue Asheraa ) et confirmées par l'ancien chef du Mossad (publiées dans ses Mémoires), Hassan II était un agent du Mossad qui espionnait (rapportait sur son pays, sur les pays arabo-islamiques et sur les sommets arabes) au profit d'Israël.
Après l'expulsion des palestiniens de Beïrout, c'est à Tunis et à Alger, et pas à Rabat, où l'OLP avait installé son quartier général jusqu'à la signature des accords d'Oslo en 1993. La raison est que les palestiniens étaient conscients que le Maroc représente un danger pour la cause palestinienne du fait des relations de la monarchie avec l'Etat hébreu depuis l'époque de la guerre froide, où ces relations étaient exploitées à font pour attirer le soutien américain aux efforts de guerre marocains contre le Front Polisario et contrecarrer l'expansion du courrant progressiste dans la région dont l'Algérie était le symbole.

L'art marocain de la diffamation

Visiblement les autorités marocaines et leurs sbirres sont très dérangés par les articles du collectif Diaspora Sahraouie.
Après avoir, à plusieurs fois, essayé de passer leurs articles diffamatoires contre le Front Polisario,  ils ont commencé à envoyer d'articles qui visent à discréditer et salir l'image de Bellaciao. Ca n'a pas marché non plus.
Maintenant, pour faire passer leurs articles diffamatoires, il se servent du nom de notre collectif. L'article inititulé "L'algérie, le Sahara Occidental et le bloquage du Maghreb" n'a pas été envoyé par notre collectif.
La preuve que cet article n'est pas à nous, est qu'il ne se trouve pas sur notre blog.
Voilà la preuve que les marocains ne supportent pas de voir sur le net tout ce qui dénonce leur politique de basse cour.

Maroc : le banditisme politique

Le Maroc essaie de suppléer à son manque d’arguments légaux par une grande campagne de propagande faisant croire que de nombreux pays ont retiré leur reconnaissance de la RASD par conviction de l'injustesse de la cause sahraouie, alors que la réalité est que ces pays ont infléchi sous la pression et le chantage.
D'un total de 85, une vingtaine de petits pays (Seychelles, le Malawi, le Bénin, Tchad, etc) se sont vus obligés de retirer ou congeler leur reconnaissance de la RASD, vu les très fortes pressions exercées par le Maroc.
Le Maroc indépendant a toujours pratiqué pressions et chantage à l'égard de l'Espagne pour lui arracher des concessions concernant le Sahara Occidental. Pressions, marchandages, chantage avaient abouti au fameux ( et tragique par ses conséquences ) accord de Madrid du 14 novembre 1975 où l'Espagne avait trahi les engagements pris devant la Communauté Internationale et le peuple sahraoui. Le talon d'Achille de l'Espagne vis-à-vis du Maroc est représenté par sa volonté de garder les présides de Ceuta et Melilla et de sauver des possibilités de pêche pour sa flotte.
Avec l'Espagne, les enclaves de Ceuta et Melilla sont devenus la source d’un chantage diplomatique permanent. L'invasion de l'Ilot Persil en 2002 était la réponse marocaine au refus du président Aznar à cette politique de chantage.
Pendant longtemps, Le Maroc a fait pression sur l'Union Européenne en remettant constamment, sous des prétextes divers, la signature de nouveaux accords de pêche dans le but de monnayer la signature de nouveaux accords de pêche contre un abandon par le Parlement Européen et plus largement par les Etats européens, des lois et principes de la Communauté Internationale qui fondent le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui. Une politique de chantage que constituent la permissivité des autorités marocaines vis-à-vis de l'immigration illégale, leur passivité face au trafic de drogue à travers le détroit de Gilbraltar, la revendication de Ceuta et Melilla, les accords de pêche et enfin, le problème de la monarchie menacée, qui apparaît toujours en toile de fond. Comme vous le voyez, la politique de chantage du Maroc à l'égard de l'Europe n'a pas de limite, même au bout de 34 années. Ces pressions ont donné comme résultat l'octroi d'un statut avancé pour un royaumé médiéval fondé sur la représsion, la corruption et la malversation.
Le Maroc a cherché à utiliser sa position de quasi-monopole pour tenter de faire pression sur les pays demandeurs de phosphates en vue d’infléchir leur politique dans le conflit du Sahara occidental. Ainsi, l'on a fait revenir l’Inde sur sa reconnaissance de la RASD. Le conflit RASD-Maroc est ainsi jalonné par les pressions du Maroc utilisant l’arme des phosphates.
En 1978, lors des négociations sur un approvisionnement en phosphate à long terme entre l’URSS et le Maroc, l’accord sur les phosphates était assorti d’un accord sur la pêche qui précisait que les bateaux de l’URSS n’opéreront pas dans le domaine maritime sahraoui, clause que le Maroc ne souhaitait pas voir figurer afin d’y voir une reconnaissance de l’occupation du Sahara occidental.
Ses relations avec les Etats-Unis seront utilisées pour amener la Lybie, à l'époque sur les pressions de l'administration Reagan, à arrêter toute aide militaire et humanitaire aux sahraouis.
Dans tous ses mouvements dans la scène Internationale, le Maroc a instauré une politique de chantage basée sur des pressions d'ordre économique digne d’un marchand de tapis peu scrupuleux et roublard. En somme, il aligne ses cartes de poker à offrir en contrepartie d’une position antisahraouie.

L’obsession du roi et du gouvernement et son fantasme maladif du Sahara cherche à affaiblir et nuire la cause sahraouie par tous les moyens,
au détriment des principes de bonne gouvernance dans un monde aspirant à l’apaisement des conflits et l’abandon du banditisme politique.
Les véritables alliés du Maroc qui soutiennent sa politique expansionniste se comptent sur les doigts de la main et lui ressemblent dans sa nature bâtie sur la corruption, la répression et la malhonnêteté, des Etats voyous sans loi ni foi, ni principes, des républiques bananières, dépourvus d’éthique et de morale : Gabon, Guinée Equatoriale, le Zaïre de Mobutu Sese Seko, Côte d'Ivoire. Des pays qui, après 50 ans d'indépendance n'ont même pas un hôpital digne de ce nom et sont obligés d'aller se soigner à Rabat.
Hassan II était l'ami intime d'Omar Bongo, le doyen de la Françafrique, un autre roi qui lègue le pouvoir à son fils, Ali, lequel les Gabonais ont toujours considéré comme le fils de son père, aux relents paresseux et désinvoltes paradant à l’époque avec son ami Mohamed VI dans des bolides bruyants. La belle vie, alors que le Gabon, un pays riche en pétrole n'a pas pu empêcher Omar Bongo de mourir dans le pays qu'il a gouverné pendant plus de 45 ans.
Dans les années 70, même les partis politiques marocains ont été soumis à ce chantage. Leur reconnaissance était soumise à l'acceptation de la marocanité du Sahara Occidental.
Fragilisé par son incapacité à convaincre le peuple marocain et la communauté internationale, le Maroc n'a d'autre moyen que la politique de banditisme.

La dernière initiative internationale d'Edward Kennedy

Le sénateur démocrate était à la tête d'une lettre demandant à Obama d'appuyer l'indépendance du Sáhara Occidental
IGNACIO CEMBRERO - Madrid - 30/08/2009
Les États-Unis doivent "soutenir le peuple du Sáhara Occidental dans son droit à la libre détermination à travers un référendum libre, juste et transparent". Le sénateur démocrate Edward Kennedy, de 77 ans, a formulé cette pétition dans une lettre dirigée en avril au président Barack Obama. C'était sa dernière initiative politique avant de décéder mardi passé. 
Kennedy a été un défenseur ardent de l'indépendance du territoire qui était une colonie espagnole jusqu'à 1975. Il n'a pas lésiné sur ses appuis au Front Polisario, le mouvement qui défend l'indépendance à travers une consultation. En 2005 il a reçu, par exemple, son leader, Mohamed Abdelaziz, à côté d'autres sénateurs à Washington. 
L'année passée c'était lui qui a remis la médaille des droits de l'homme de la fondation qui porte le nom de son frère, Robert F. Kennedy, à l'activiste saharaui Aminatou Haidar emprisonnée pendant de longues années et qui défend maintenant ces valeurs dans le territoire contrôlé par le Maroc. 
Il y a quatre mois, Kennedy était en tête d'une lettre publique dirigée à Obama, et signée par six autres sénateurs. Il y accuse le Maroc d'avoir "bloqué ce référendum". "(...) à sa place il a proposé un plan d'autonomie pour le Sáhara Occidental qui nie le droit sahraoui à un processus d'autodétermination libre qui inclut l'option de l'indépendance". Il y demande aussi qu'Obama parie pour l'élargissement des compétences de la MINURSO, le contingent de l'ONU déployé dans l'ex-colonie, pour que qu'elle surveille le respect des droits de l'homme. 
Il n'est pas encore clair si Obama l'a écouté ou non, mais en juillet il a envoyé, à son tour, une lettre au roi Mohamed VI du Maroc dans laquelle il qui évoque la nécessité de travailler ensemble pour atteindre une solution au conflit du Sáhara. Au contraire de son prédécesseur, George Bush, il a omis, cependant, de montrer sa sympathie envers l'offre d'autonomie pour le territoire présentée par le Maroc en 2007. 
La lettre de Kennedy a été répliquée à Obama par une autre, de congressistes et sénateurs qui a obtenu beaucoup plus de signatures. Ils y exprimaient leur appui à la proposition d'autonomie de Rabat. Les partisans du Polisario ont expliqué le nombre élevé de signataires par la force du lobby marocain à Washington. 
La web américaine Propublica a révélé ce mois-ci qu'entre la fin de 2007 et le début de 2008, le Maroc avait dépensé 3,33 millions de dollars en lobbying dans le Congrès des EEUU alors que son rival, l'Algérie, le pays qui soutient le plus le Polisario, a déboursé seulement 416.000 dollars. Le Maroc était, selon ces données, le pays arabe qui faisait le plus d'efforts dans le Capitole après les Émirats Arabes Unis et l'Irak.


EL PAIS

Fue el 30 de agosto de 1925

El 30 de agosto de 1925, el General Pétain (Francia) y Primo de Rivera (España) firman en Algéciras el plan de acción conjunto contra el ejército de Abdelkrim, jefe de la resistencia rifeňa.
Después de la espectacular victoria de Anoual, el 21 de junio de 1921, Abd el-Krim El Khattabi reforzó su poder creando un Estado, la República del Rif, con un gobierno y una administración centralizada. Esta cuestión sigue siendo un tabú en el Marruecos de hoy. El difunto rey Mohamed V había dado su aprobación a la intervención de los franceses para apoyar a los españoles que habían sido derrotado en esa bélebre batalla.
El mariscal Lyautey,  gobernador general en Marruecos desde 1912 escribió en 1925 : " en presencia de las eventualidades creadas por la espontaneidad y la violencia de la irrupción de los rifeños […], es imposible quedarse en esta situación, so pena, lo digo claramente, de correr el riesgo de perder Marruecos." Ganó algunas batallas pero fue reemplazado por el general Pétain. El comandante Naulin consiguió vencer a los Rifeños.
El objetivo de esta guerra para las fuerzas francesas y españolas era, en la época, salvaguardar la influencia de Francia y España sobre sus colonias marroquíes, pero también someter a las tribus del Rif a la autoridad del Sultán Mohamed V.
Abd el-Krim fue deportado a la isla de la Reunión en 1926. Cuando se evade en 1947, se instala en el Cairo dónde se convierte en uno de los fundadores del Comité de Liberación del Magreb. Exiliado Abdelkrim, nunca más regresara a Marruecos. Más tarde, antes de su defunción en 1963, Abdelkrim dirá sobre este período (1920-1925), no sin cierta amargura: "vine demasiado temprano."
El Rif se sublevará de nuevo en 1958-1959. Su movimiento será aplastado por las recientemente creadas Fuerzas Armadas Reales (FAR) dirigidas por Príncipe Moulay Hassan, futuro rey Hassan II. La represión será sangrienta y se quedará en la memoria de todo los rifeňos.
Hoy, los militantes del Rif olvidaron lo que la monarquía alauita hizo a sus antepasados. Para ellos, la propuesta de autonomía para el Sáhara Occidental es una oferta muy tentadora, razón por la cual se alinearon con el régimen marroquí contra las aspiraciones del pueblo saharaui.
A pesar del encarcelamiento del militante rifeňo de los derechos humanos, Chakib Khayari, continúan creyendo en la buena fe de Mohamed VI en lo que concierne a la transición democrática. No sólo traicionaron el espíritu de Abdelkrim El Khattabi, sino que dieron la espalda a los principios sagrados del derecho del pueblo saharaui a la autodeterminación y de la solidaridad con los pueblos oprimidos.
Los últimos acontecimientos en el Sáhara Occidental demostraron que la autonomía era sólo una farsa del régimen marroquí para hacer callar la comunidad internacional y llevarla a reconocer la soberanía de Marruecos sobre la antigua colonia española.
El plan de autonomía ha sido descartado y las nuevas negociaciones entre el Frente Polisario y el gobierno marroquí bajo los auspicios de las Naciones Unidas se basan en la búsqueda de una solución basada en el principio de autodeterminación.
Ante esta realidad, el palacio real presentó una nueva farsa llamada regionalización. La hipótesis más objetiva es que los militantes rifeňos sigan creyendo en la buena voluntad de Rabat y sigan a la espera de que el conflicto del Sáhara Occidental les aporte sus frutos. Estan en sus plenos derechos. Al fin y al cabo, soňar es un derecho que nadie puede censurar.

C'était le 30 août 1925



Le 30 août 1925, les Généraux Pétain (France) et Primo de Rivera (Espagne) signent à Algéciras le plan d'action conjoint contre l'armée d'Abdelkrim, chef de la résistance riffaine.
Après la victoire spectaculaire d’Anoual, 21 juin 1921, Abd el-Krim El Khattabi renforça son pouvoir en créant un Etat, la République du Rif, avec un gouvernement et une administration centralisée. Cette question est restée tabou dans le Maroc d'aujourd'hui. Feu Mohamed V avait donné son approbation à l'intervention des français pour appuyer les espagnols qui avaient été mis en échec. 
Le maréchal Lyautey, résident général au Maroc depuis 1912 écrivit en 1925 : « En présence des éventualités créées par la soudaineté et la violence de l'irruption des rifains [...], il est impossible de rester dans cette situation, sous peine, je le dis nettement, de risquer de perdre le Maroc." Il obtint des victoires mais il fut remplacé par le général Pétain. Le commandant Naulin réussit à vaincre les Rifains.
Le but de cette guerre pour les forces françaises et espagnoles était, à l'époque, de conserver l'influence de la France et de l'Espagne sur leurs colonies marocaines, mais aussi de soummettre les tribus du Rif sous l'autorité du  Sultan Mohamed V.
Abd el-Krim fut envoyé en exil à l'île de la Réunion en 1926. Quand il s’évade en 1947, il s’installe au Caire où il est l’un des fondateurs du Comité de Libération du Maghreb. Abdelkrim exilé, il ne retournera plus au Maroc. Sur le tard, avant son décès en 1963, Abdelkrim dira de cette période (1920-1925), avec quelque amertume : "Je suis venu trop tôt."
Le Rif se soulèvera de nouveau en 1958 -1959. Son mouvement sera écrasé par les toutes nouvelles Forces Armées Royales (FAR) commandées par le Prince Moulay Hassan, futur roi Hassan II. La répression sera sanglante et restera dans la mémoire de tous les riffains.
Aujourd'hui, les militants du Rif ont oublié ce que la monarchie alaouite a fait à leurs ancêtres. Pour eux, l'autonomie proposée pour le Sahara Occidental est une offre alléchante, raison pour laquelle ils se sont allignés avec le régime marocain contre les aspirations du peuple sahraoui.
Malgré l'emprisonnement du militant des droits de l'humain riffain, Chakib Khayari, ils continuent de croire à la bonne foi de Mohamed VI concernant la transition démocratique. Non seulement ils ont trahi l'esprit d'Abdelkrim El Khattabi, mais aussi les principes sacrés du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et de la solidarité avec les peuples opprimés.
Les derniers évènements au Sahara Occidental ont démontré que l'autonomie n'était qu'une nouvelle farse du régime marocain pour silencier la communauté internationale et l'amener à reconnaître la souveraineté du Maroc sur l'ancienne colonie espagnole. Le plan d'autonomie a été écarté et les nouvelles négociations entre le Front Polisario et le gouvernement marocain sous les auspices des Nations Unies se basent sur la recherche d'une solution basée sur le principe d'autodétermination.
Devant cette réalité, le palais royal a avancé une nouvelle farse appelée régionalisation. L'hypothèse majeure est que les militants du Rif continueront à croire à la bonne volonté de Rabat et poursuivront leur attente que l'affaire du Sahara Occidental leur portera ses fruits. C'est leur droit. Enfin de compte, on a tous le droit de rêver, comme dit la chanson.

Le consensus de la haine

Denis Vericel, éminent documentariste français, dans son étude La fabrication du consensus, les médias marocains et le Sahara Occidental) souligne : "Rien excepté une chose : chaque jour, depuis plus de 30 ans, tous les journaux marocains s’occupent d’une question : le Sahara Occidental. Aucune mise en question n’existe, uniquement une certitude : le Sahara Occidental est une partie du Maroc et le Maroc se bat pour l’Union Nationale et pour l’Intégrité de son Territoire" 
 Aziz Enhaili, collaborateur dans le Laboratoire Européen d'Anticipation Politique/Europe 2020, un Think Tank européen, signale pour sa part dans un article publié sur Tolerance.ca que le Maroc est "un pays où, à l'exception d'une partie de l'extrême gauche, le Sahara Occidental est devenu objet du consensus national. Si une partie du mouvement marxiste-léniniste (Ilal Amam) appelait, dès le début des années 1970, à l'organisation au Sahara Occidental (sous l'égide de l'ONU) d'un référendum d'autodétermination, pour décider de l'avenir constitutionnel de ce territoire désertique, le reste des forces politiques du pays le considéraient d'ores et déjà comme une partie du pays qui revenait dans le giron de la nation". 
Si, selon Wikipedia "un consensus est un accord général (tacite ou manifeste) parmi les membres d'un groupe, pouvant permettre de prendre une décision sans vote préalable. Bien que le consensus désigne un accord unanime (ou plutôt, l'absence d'opposition), l'usage récent en fait parfois l'opinion ou le sentiment d'une forte majorité. Le consensus comme méthodologie de prise de décision cherche à mettre l'accent sur la validité de l'opinion de chaque participant et se refuse à entériner un choix qui n'aurait pas au moins l'accord de tous", au Maroc la persécution du Parti Annahdj Addimouqrati et son prédécesseur, Ilal Amam, est la preuve que ce consensus n'est qu'une opinion étatique imposée à l'ensemble de la population marocaine. 
Elisabeth Muller, Secrétaire Générale Adjointe de l'Association des Amis de la RASD, dans son article " Quelques souvenirs ... un engagement: le respect du droit" dévoile que "si en apparence un large consensus prévalait sur la "marocanité" du Sahara Occidental, il m'est vite apparu que cette opinion était plus complexe et sans doute à nuancer. Les marocains que je côtoyais n'étaient pas vindicatifs. Certains, m'ont décrit la "marche verte" à laquelle ils avaient participé. Ils n'en étaient ni fières, ni bravaches, la plupart d'entre eux "semblaient savoir" qu'ils n'auraient pu faire autrement. J'ai rencontré également de jeunes militaires engagés (lorsqu'on n'a pas fait d'étude au Maroc c'est un des rares moyens de gagner sa vie et celle de sa famille). Ils étaient en poste au Sahara. Ils détestaient repartir après leur permission. Ils parlaient de leur peur, de ce sable, de ce soleil implacable qui n'arrêtait pas de les aveugler. Ils auraient préféré être à des milliers de kilomètres de là. Ils ne rêvaient que de l'Europe, des Etats-Unis, de pays où ils leur semblaient pouvoir vivre mieux. Moi, en les entendant parler, je pensais à l'ouvrage de Dino Buzzati "Le désert des tartares". Des Sahraouis, ils en parlaient peu, sinon en riant autour des blagues de "Joummani" comme pour mieux circonscrire leur peur. L'indépendance ou pas l'indépendance ..., ce n'était pas leur préoccupation. Eux aussi savaient qu'ils n'avaient pas le choix, savaient qu'il ne fallait pas contester "les décisions d'en haut". Ceux qui étaient fonctionnaires râlaient. Non pas sur le terrain politique, la plupart n'étaient ni militants, ni intéressés par cette question, mais sur l'impôt "spécial Sahara" qui leur était retenu sur leur paie en fin de mois. Tous, par contre, connaissaient le sort qui était réservé à ceux qui avaient osé contester la souveraineté nationale sur le Sahara Occidental. Certains m'ont parlé de Serfaty, à l'époque incarcéré à Kénitra..., de Saïda Mnebhi morte à la suite d'une grève de la faim durant son incarcération. D'autres, originaires des villages à proximité de "lieux que l'on ne nommait pas", savaient que des personnes étaient embastillées".
Un consensus de 36 millions de marocains contre un peuple d'à peine un demi-million d'habitants qu'on a dit "heureux de regagner la mère patrie?" Cela ne tient pas. 
Fragilisé par un manque flagrant d’arguments susceptibles de légitimer sa présence au Sahara Occidental, le régime marocain devait chercher un adversaire de taille décrit comme l'ennemi extérieur pour s'assurer du soutien populaire dans cette nouvelle croisade du palais pour réaliser ses rêves hégémoniques en Afrique. Depuis la guerre des sables en 1963, cet ennemi est l'Algérie. 
Le régime marocain, depuis son invasion du Sahara Occidental en 1975, n'a jamais arrêté de répéter que c'est l'Algérie qui est derrière ce conflit. Et depuis, il veille à renforcer ce consensus avec des discours qui sèment la haine envers l'Algérie et le peuple algérien. Le consensus marocain sur le Sahara Occidental est alimenté de haine. Ce consensus n'est pas basé sur le principe de la marocanité du Sahara, mais sur la nécessité de se défendre contre l'Algérie.
Trente-quatre ans après, grâce à cette politique malsaine, les marocains continuent à croire que les réfugiés sahraouis sont séquestrés par l'armée algérienne à Tindouf et que le Maroc fait tout son possible pour les libérer, que le Front Polisario n'est qu'une bande de mercenaires à la solde de l'Algérie. Il n'est pas question d'avouer au peuple marocain que c'est la volonté du peuple sahraoui qui l'empêche d'engloutir ce territoire, l'égo royal l'empêche de reconnaître que la décision d'envahir le Sahara était une erreur monummentale.
Ce consensus n'est pas un choix populaire, mais une méthode maquiavélique de pousser le peuple marocain à la soumission aux désirs du roi et justifier l'ocupation, la répression de la population sahraouie et le pillage de ses ressources naturelles.
Les marocains, au lieu de poursuivre dans cette hystérie saharienne, feraient mieux de se concentrer sur Ceuta et Melilla, les deux enclaves espagnols au cœur du Maroc. Mais la paranoïa semée dans leurs coeurs les empêche de voir la réalité en face et les maintient à la merci de ce régime sanguinaire.
Aimé Césaire à dit : " Il est bien plus difficile d'être un homme libre que d'être un esclave". La dignité d'un homme guide son choix et fait qu'il préfère la liberté difficile à la soumission facile. C'est de celà que les marocains doivent prendre conscience. 

La Maroc, principal facteur d'instabilité au Maghreb

Le Maroc, depuis son indépendance en 1956, a toujours été l'agresseur dans tous les conflits dans lesquels il s'est engagé. En 1958, ses incursions contre les positions espagnoles au Sahara Occidental, contraintent l'Espagne à céder un morceau du territoire sahraoui dans le but d'accalmer sa soif de sang. En 1962 la France et la présence espagnole au sud l'ont empêché d'envahir le territoire mauritanien. En 1963, l'Algérie, à peine remise de la guerre de libération, subissait les foudres de son agressivité. En 1975, c'était le tour du peuple sahraoui de faire connaissance de l'obsession des sultans alaouites basée sur l'idéologie de l'agression et l'acquisition des territoires par la force en niant aux peuples leur droit légitime de déterminer leur statu et l'exploitation de leur ressources naturelles.
Les sahraouis n'ont pas accepté le fait accompli de l'invasion marocaine et son obsession de devenir la principale puissance régionale, un idéale héritée de la défunte guerre froide.
Les sahraouis ont fondé leur propre état qui est le résultat d'une longue lutte contre l'Espagne, la France et le Maroc. Cette réalité n'est ignorée que par ceux qui sont aveuglés par l'argent engendré par les richesses naturelles du territoire sahraoui.
Depuis sa proclamation, il y a 34 ans, la République Arabe Sahraouie Démocratique a atteint la majorité d'âge et sa présence sur la scène internationale est indéniable. Depuis 1984, notre pays siège au sein de l'Union Africaine et il est reconnu par plus de 85 pays au monde. Son drapeau ondoie sur les bâtiments de ses ambassades présentes dans les cinq continents.
Plus important encore, aucun pays dans le monde ne reconnaît la souveraineté du Maroc sur le territoire sahraoui.
Cette réalité a fait que le peuple sahraoui reste attaché, plus que jamais, à ses droits légitimes invoqués, depuis 1965, par toutes les résolutions de l'Assamblée Générale et le Conseil de Sécurité de l'ONU dont le gouvernement marocain fait fi depuis 18 ans, date de l'enclenchement du processus de paix onusien et du cessez-le-feu.
Le Front Polisario a consenti d'innombrables concessions et déployé des efforts inlassables pour la recherche d'une solution politique au conflit. Aujourd'hui, il déplore l'entêtement du Maroc à s'aligner sur des thèses qui ne sont pas en phase avec la légalité internationale et qui entravent le processus d'édification de l'Union Maghrébine.
Les pays voisins sont convaincus qu'un Etat sahraoui indépendant est indispensable pour la stabilité de la région. Il finira avec les revendications et les rêves sans frontières du "Grand Maroc" et mettra fin à des décennies de guerre et de souffrances.
En se positionnant aux antipodes de la logique et la réalité, le gouvernement marocain rate une réelle opportunité pour clore définitivement ce dossier, mettre un terme aux souffrances du peuple sahraoui et hâter l'avènement d'un Maghreb des peuples où doit prévaloir un esprit de réconciliation, de coopération et de solidarité.
Le peuple sahraoui, qui demeure fermement attaché à la poursuite des négociations réactivées par l'envoyé onusien, le diplomate américain Christopher Ross, exhorte la communauté internationale à faire pression sur le gouvernement marocain afin d'appliquer la résolution 1781 du Conseil de Sécurité.
Les derniers changements dans le dossier, perceptibles dans la lettre du président Obama et les déclarations de Ross, sont l'expression que les sacrifices de la population sahraouie ont fini par avoir raison contre l'entêtement et la vanité des autorités marocaines dont le but est de contrarier les chances porteuses de perspectives sérieuses de règlement de ce conflit.
Il semble que le Maroc n'a aucune volonté de clore le dossier du Sahara Occidental, mais persiste et signe dans son intransigeance qui vise à pousser à l'escalade par des provocations répétées et des violations constantes des droits humains perpétrées par les forces de répression marocaines dans les territoires occupés du Sahara Occidental.
La persistance de l'impasse imposée par le Maroc et ses protecteurs français et espagnols est un risque pour tous les peuples de la région que la communauté internationale doit épargner.
Les résolutions du Conseil de Sécurité de l'ONU et la lettre du président Obama traduisent le sentiment "que la question du Sahara n'a que trop duré" et constituent une sorte de message au Maroc l'invitant à examiner sérieusement ses positions dans les prochaines négociations qui sont une réelle opportunité pour résoudre ce conflit. 

Alerte rouge au Maroc à cause de la maladie du roi

L'alerte a été donnée dans les ambassades étrangères à Rabat à cause de l'état critique du roi Mohamed VI. Une information publiée ce matin par le journal espagnol El Imparcial. Voici son contenu :


Pedro Canales. Rabat, 28-08-2009
Le roi du Maroc souffre d'une infection étrangère par rotavirus, selon le Palais royal. La Maison royale marocaine a émis ce jeudi un communiqué dans lequel elle rapporte que Mohamed VI a besoin d'une récupération de cinq jours, pour faire face aux "dérangements digestifs et à la déshydratation" provoqués par "un rotavirus".
Bien que dans le même communiqué le Palais royal affirme que son état de santé "ne suscite aucune inquiétude", les alarmes se sont déchaînés au Maroc et dans les ambassades occidentales à Rabat. "Il n'y a pas de précédents dans lesquels la Maison Royale informe des traitements médicaux qui affectent le Roi, et beaucoup moins dont elle donne des précisions sur l'origine virale de sa maladie", a déclaré à El Imparcal une source politique marocaine. "Si maintenant c'est fait, c'est parce que l'affaire peut être grave et ils veulent préparer l'opinion publique à une annonce postérieure".
"L'infection par rotavirus" a causé une grande surprise dans les milieux scientifiques et médicaux. "Le rotavirus affecte presque exclusivement les bébés. C'est la cause principale de la déshydratation et de la diarrhée. En Espagne des traitements sont ordonnés pour combattre le rotavirus depuis l'âge une année et demie", déclare Alfred Cuadrado à El Imparcial, un pédiatre avec des années d'expérience. "Qu'un adulte présente des symptômes d'infection aigue par rotavirus est exceptionnellement rare. En premier lieu parce que les adultes ont déjà créé le système de défenses immunitaire. Et en deuxième lieu, parce qu'en cas de contamination par ce virus, la symptomatologie est toujours légère".
Le Communiqué de la Maison Royale marocaine n'a fait que tirer les alarmes. "Ce qui est possible c'est que le traitement pour faire face à la diarrhée et une déshydratation ait pu se tromper dans les rythmes ou dans les doses",  affirment des milieux scientifiques espagnols. En cas d'un traitement précipité et à cause d'un excès d'injection de sodium, le patient peut subir un oedème cérébral. Les premières impressions qui prévalent dans quelques milieux scientifiques espagnols ce sont que Mohamed VI soit victime des conséquences néfastes d'un traitement incorrect.
"Il est possible que le régime soit en train de préparer l'annonce d'une mesure qui touche au fonctionnement des institutions, et même à la régence même", a déclaré le journaliste marocain Mustapha Hairan à El Imparcial.
Dans les milieux diplomatiques on n'exclut pas la possibilité que le Palais Royal annonce la constitution d'un "conseil royal" qui assume, provisoirement, les fonctions de régence. Le frère du roi, Moulay Rachid, qui n'exerce aucune fonction institutionnelle officielle, pourrait s'occuper de "mener les affaires d'État", en attendant que le prince héritier, Moulay Hassan,  le fils de Mohamed VI, arrive à la majorité nécessaire pour la succession. Le cousin du roi, Moulay Hicham, avait déjà proposé la création d'un "Conseil de famille" en suivant l'exemple de l'Arabie Saoudite. Ce serait un organisme capable de maintenir la continuité dynastique et d'éviter le vide de pouvoir qui peut dériver de l'absence prématurée du Roi ou d'une convalescence prolongée.

Le feuilleton des commissions consultatives de Mohamed VI

Au moment où, de par le monde, la légalité commence à s'imposer à propos de l'affaire du Sahara Occidental, au moment où les Nations Unies souhaitent régler définitivement un contentieux régional agaçant, voilà que le Maroc prend une position diamétralement opposée, à contre pied, une fois de plus, de l'opinion internationale, en prolongeant le mensonge de l'autonomie dans le but d'éterniser le conflit. 
L'opinion publique internationale n'est pas dupe et estime que son comportement relève d'une total indécence vis-à-vis du droit international. 
L'alliance des pays du Sahel contre la menace terroriste commence à donner ses fruits, sans aucune participation de la part du Maroc. Obama s'est éloigné du plan d'autonomie. Au contraire, il soutient la création d'une "entité propre, dans un premier moment, et après on verra".  L'envoyé onusien, Christopher Ross cherche une solution basée sur le principe du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination. La communauté est lasse de ce conflit qui a duré plus de 34 ans. 
L'AFRICOM en échange du soutien américain au plan d'autonomie n'aura pas lieu. La menace iranienne et vénézuélienne, du vent. L'Espagne, submergée dans la crise économique et sous la pression de l'opinion publique espagnole solidaire avec la cause sahraouie. Une défaite diplomatique dure à digérer pour le palais royal au point que Mohamed VI a eu besoin d'une convalescence pour se remettre des douleurs de ses entrailles. 
Chez les meneurs de Rabat, c'est la panique totale. On commence à délirer sur la réouverture des frontières. On invente des histoires de réseaux terroristes imaginaires menés par des citoyens honnêtes qui ne résident même pas au Maroc ou des islamistes connus par leur dénonciation de la violence. Rabat donnerait n'importe quoi pour que ce ne soit qu'un cauchemar duquel il faut se réveiller pour continuer cette folie de grandeur dont ne tirent profit que les politicards corrompus des partis politiques classiques et les généraux de l'armée marocaine. 
La poursuite des négociations sur une autre base que l'autonomie a provoqué l'effondrement total des thèses marocaines. "Il faut attendre la fin du mandat de Bouteflika", disent les uns. "Non, notre espoir c'est que le terrorisme anéantisse l'Algérie", disent les autres. On ne sait plus à quel saint s'avouer. Il y a tellement peu de marge de manœuvre. Alors, on profite de la fête du trône pour réaffirmer la politique du fait accompli. On parle, pour l'énième fois, d'une nouvelle commission consultative. Une autre commission consultative! 
Commissions consultatives pour les droits de l'homme, révision de la Moudawana, vérité et justice, égalité et égalité des chances, ressources humaines, affaires sahariennes (CORCAS), etc, etc… Avant, c'était pour le projet de l'autonomie. Maintenant, c'est pour la régionalisation et la réforme de la justice. Mohamed VI s'est entouré de tellement de commissions consultatives qu'il finira par ouvrir un bureau de consultation pour augmenter ces profits dans cette affaire.
Cependant, les observateurs internationaux sont unanimes : Rien n'a avancé au Maroc, ni les droits de l'homme, ni la justice, ni la démocraite, ni l'emploi. Ah, ni l'autonomie tant acclamée par le roi depuis plus de 4 ans. La régionalisation? Idem 
Le caractère répétitif des mensonges royaux et la propagande qui les entoure, s'inscrit dans le but de  compromettre le processus de négociation en cours engagé par le Conseil de Sécurité et appuyé par la Communauté internationale, en vue de parvenir à une solution politique définitive au conflit sahraoui, et de saboter la dynamique insufflée par la médiation du M. Christopher Ross.
Image : barakanews.unblog.fr

La paranoïa marocaine

Les médias marocains ne cessent de répéter que le Front Polisario a été créé par l'Algérie en 1975 pour s'opposer à la "récupération par le Maroc de ses provinces sahariennes". Soit, ils ont la mémoire courte, soit c'est un produit de la mauvaise foi. Le Polisario n'a-t-il pas combattu les forces espagnoles de 1973 à 1975? Où vont-ils ranger l'héroïque bataille de Tifariti, Agjeijimate, El Khanga, etc, etc? Pour rafraîchir la mémoire aux journalistes et intellectuels marocains qui prétendent le contraire, l'Espagne, avant de quitter le territoire, a dû négocier, au moins d'octobre 1975, avec le Front Polisario la libération de ses 60 prisonniers capturés par le mouvement sahraoui dans les deux ans de lutte contre l'occupant espagnol. 
Lorsque Hassan II avait donné le feu vert à la marche verte, il était sûr de lui jusqu'au point d'affirmer que l'extinction des foyers de contestation au Sahara n'était qu'un simple exercice de deux semaines pour les Forces Armées Royales. Dans cet exercice, son armée a utilisé toute sorte d'armes interdites par la communauté internationale : bombes de napalm, phosphore, bombes à fragmentation, etc. 
L'intervention militaire algérienne pour sauver le peuple sahraoui du génocide programmé par Rabat n'a duré qu'un mois. Juste le temps suffisant de permettre à la population civile de regagner la frontière algérienne. Si cette intervention est considérée comme un crime, alors longue vie à la criminalité! Si elle est considérée comme une ingérence étrangère, vive l'ingérence étrangère! 
Le plus dramatique est que les dirigeants marocains, qui ont vendu leurs âmes au diable, savent parfaitement la réalité du conflit, les raisons pour lesquelles le roi Hassan II les a conduits dans cette folle aventure construite sur un mensonge historique aussi abracadabrant que l'apparition du sultan Mohamed V sur la lune par la grâce de Dieu. 
Les mauvais calculs poussent à la faillite. L'entreprise conçue par Hassan II pour éloigner la menace de l'armée a tourné dans un éternel cauchemar pire que les deux tentatives de coup d'état de 1972 et 1973. L'affaire du Sahara est devenue un coup d'état d'un autre genre. 
On a beau crié que le conflit est une affaire entre l'Algérie et le Maroc, dans l'espoir désespéré d'écraser et anéantir le peuple sahraoui. Une mascarade élaborée avec le soutien de journalistes marocains manipulés par le palais, une fois par la contrainte et une fois par le chantage à travers les prix publicitaires. 
Le processus de négociations enclenché depuis 2007 constitue un fait simple et éloquent, une preuve irréfutable contre la diarrhée médiatique orchestrée par le palais royal.  Il ne serait pas dans les bonnes grâces de la presse marocaine et moins encore celles du palais de nier le seul et véritable interlocuteur dans l'affaire du Sahara Occidental : Le Front Polisario. 
S'asseoir face aux responsables sahraouis, mieux qu'un témoignage, c'est un fait qui met à nu la propagande mensongère du palais sur la véritable nature du conflit marocco-sahraoui. Le peuple marocain, mené par le bout du nez dans cette affaire, la presse bâillonnée et aux ordres du palais ne peuvent évidemment rien contre la réalité : Un peuple orgueilleux et fier de se battre pour ses aspirations à la liberté et à la dignité. 
Lors des conférences de presse organisées après les négociations de Manhasset et Vienne, les responsables marocains parlent de "l'autre partie" en allusion au Front Polisario. La haine les empêche de prononcer son nom. Cela rappelle une ancienne coutume marocaine qui a pratiquement disparu. La femme ne prononçait jamais le prénom de son mari. Pour parler de son mari, elle disait toujours "lui". 
La tartuferie montée de toutes pièces depuis plus de 34 ans : le délire du "Grand Maroc de Tanger à Lagouira", "l'intégrité territoriale", "la première cause nationale" est tombée en pique au point de se désintégrer. 
La paranoïa semée dans les esprits du peuple marocain et la mystification du conflit du Sahara Occidental ne constitue point une garantie de succès. La victoire du peuple sahraoui sur le régime marocain en est la preuve écrasante.  

Maroc : La fuite en avant

Le Maroc a échoué à présenter son nébuleux plan d’autonomie qu’il ne cesse de promettre à l’approche de chaque échéance et sur lequel il a lamentablement échoué de convaincre. Ses efforts tendant à le vendre à la communauté internationale procèdent davantage d’une stratégie malsaine de fuite en avant qui ne saurait tromper la vigilance de la communauté internationale qui, elle, continue à considérer que toute solution qui ne garantirait pas le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination contreviendrait aux principes de la Charte des Nations unies et à la résolution 1514 (1960) et serait fatalement vouée à l’échec.
Le départ de George Bush et l'échec des agissements des lobbies pro-marocains à Washington a laissé le gouvernement marocain désorienté tel un enfant orphélin. 
Lors de sa dernière tournée au Maghreb, Christopher Ross, l'envoyé onusien pour le Sahara Occidental, n'a pas été reçu ni par le roi du Maroc ni par le Premier Ministre, alors qu'à Alger il a eu l'honneur d'être accueilli par le président Bouteflika. Cela dit long sur l'état d'esprit à Rabat. 
Agacé par la nomination de Ross par Washington  qui veut régler le plus vite ce conflit de décolonisation, la lettre du président Obama, qui ne mentionne d'aucune façon la proposition d'autonomie marocaine, a été le coup de grâce pour Mohamed VI. 
Depuis, l'inquiétude sévit au palais jusqu'au point du délire, ce délire qui a poussé à branler le drapeau de la guerre contre le courant chiite, qui n'existe presque pas au Maroc, et contre d'autres dangers imaginaires qui disent long sur le mépris marocain à la communauté internationale et sa confiance démesurée dans sa campagne de propagande. 
Le reniement aujourd’hui par le Maroc de ses engagements antérieurs traduit une situation de désarroi et cache mal le piège dans lequel il est tombé en acceptant de chercher une solution mutuellement acceptable. Il serait enchanté de la pérennité du statut quo, seulement l'administration Obama est pressée d'amener la paix à cette région stratégique et vitale pour la sécurité mondiale. 
Le Maroc ne fait plus l'objet d'intérêt, ni pour la lutte contre les communistes ni contre le terrorisme. Sa diplomatie est devenue mendiante, signe de pauvreté extrême. 
Le Maroc a voulu s'ériger en bastion contre tous les maux de ses maîtres, la France et  Cie. Pourquoi ne commencerait-il d'abord par contribuer à émanciper le peuple marocain, à libérer son propre peuple de la domination et de l'exploitation de toutes ces mafias politico-militaires qui n'ont cessé de sucer son sang depuis l'indépendance en 1956, de dilapider ses ressources dans des entreprises aussi hasardeuses les unes que les autres et de le cantonner dans le chômage et la misère, malgré l'énorme potentiel phopshatier et agricole que recèle son sol et son sous-sol et la force de travail de sa jeunesse. 
Toute son énergie a été focalisée sur le dossier du Sahara Occidental. Une course infernale dont le résultat a été l'épuisement. Le budget loué pour l'achat des services des uns et des autres a été une dépense inutile, alors que le peuple marocain est meurtri par la faim et le désarroi. Sa diplomatie est boiteuse, voir paralytique. Le rêve du Grand Maroc est devenu un cauchemar, les desseins hégémoniques enterrés à jamais.
Trente-quatre ans après son invasion du territoire sahraoui, la communauté internationale est loin de reconnaître la moindre souveraineté marocaine sur le Sahara Occidental. Pire encore, les grands holdings internationaux refusent d'investir au Sahara sous la pression des ONG internationales. 
L'échec diplomatique puise des discours schizophréniques qui oscillent entre la menace, les larmes et le désespoir. L'alternative : la fuite en avant, la politique de l'autruche, enterrer sa tête pour ne pas voir la réalité en face. 
Immédiatement après la tournée du Représentant Spécial, Christopher Ross, le ministre des Affaires Etrangères marocain, Fassi Fihri, s'est rendu en France pour exprimer ses craintes, demander le soutien de l'Ellysée et réclamer que l'ouverture des frontières soit considérée comme une mesure de confiance ayant tendance à préparer la réussite des prochains pourparlers à Vienne. Ainsi, le député socialiste et membre de la Commission des Affaires étrangères à l'Assemblée Nationale française, Jean-Michel Boucheron, a souligné «l'identité de vues entre l'immense majorité des députés français et le Maroc» sur la question du Sahara. Dans une déclaration similaire, le député du Mouvement pour la France (MPF), M. Souchet a "déploré l'attitude de l'Algérie de maintenir fermées ses frontières avec le Maroc, d'une manière unilatérale, et de refuser tout dialogue au niveau ministériel dans tous les domaines" avec le Royaume. Comme si le seul mal de la région était la fermeture des frontières! 

Ted Kennedy, le sénateur qui rêvait d'un Sahara Occidental indépendant



Le Front Polisario regrettera spécialement la mort de Ted Kennedy, qui est décédé dans la nuit de ce mardi à 77 ans d'âge. Kennedy a été un grand défenseur du Sahara Occidental dans le Sénat des États-Unis pendant plus de deux décennies.

Il est resté dans la mémoire de beaucoup de gens comment Kennedy a reçu Mohamed Abdelaziz, président de la RASD, dans le Congrès américain. C'était l'année 2005 et le président sahraoui se trouvait dans la visite annuelle qu'il effectuait aux États-Unis et portait dans sa tête l'idée du retour à la lutte armée du peuple sahraoui. Il a rencontré plus de cinq congressistes, entre eux Ted Kennedy, qui a spécialement influencé Abdelaziz pour continuer à négocier et renoncer à l'idée à revenir aux armes.

Abdelaziz ne demandait qu'un appui au plan Baker que l'envoyé des Nations Unies, James Baker, avait élaboré. Ce plan sollicitait un référendum d'autodétermination "libre et transparent, en plus d'organisé et supervisé par l'ONU". Le vote l'a obtenu, mais non l'action. Dans l'ONU le plan a été approuvé par unanimité. Postérieurement, le plan a été mis aux oubliettes.
Après le départ de Baker de la carte des Nations Unies, par fatigue, le Polisario et le Maroc se sont concentrés sur la conquête du coeur de l'acteur qui influe le plus sur l'ONU, étand donné la paralysie de celle-ci. Sur ce coeur Ted Kennedy influait énormément en faveur de la RASD (la République Arabe Saharaui Democrática).
Ted Kennedy a toujours appelé le gouvernement marocain "à respecter ses engagements en matière de respect des droits civiques et politiques du peuple sahraoui" et c'était lui en personne qui a remis à Aminatou Haïdar le prix Robert F. Kennedy Human Rights Award en 2008.
 
Le groupe d'appui au Polisario est hétérogène. Kennedy était à la tête de celui-ci, mais il est composé par des démocrates et des conservateurs, même de membres de l'administration Bush qui critiquaient ouvertement le soutien de ce président au Maroc. Il serait injuste de ne pas donner le poids spécifique qui lui correspond par son appui au Polisario à Suzanne Scholte, qui a créé en 1994 l'association US-Western Sahara Foundation, un groupe qui a organisé plus de 50 voyages aux campements de Tinduf pour les congressistes et les sénateurs. Elle a aussi amené des enfants saharaouis aux États-Unis.
Selon une étude diffusée sur un site américain, spécialisé dans les enquêtes journalistiques, le Maroc aurait dépensé plus de 3 millions 337 milles dollars, soit 2 milliards 670 millions de centimes, pour influencer les membres du Congress américain, au sujet de leur position envers l’affaire du Sahara occidental. Le Maroc se serait évertué en 2007 et 2008 à sensibiliser les membres du Congress au projet d’autonomie.
S’agissant du Maroc, l’affaire du Sahara occidental a été la priorité en matière de fonds alloués. L’objectif était de mobiliser l’appui des membres du Congress autour du projet d’autonomie. 

La politica del trueque

Nada es gratuito, todo se compra y se vende, no necesariamente en metálicos sonantes, pero a menudo en servicios devueltos, en seguros a todo riesgo. Chantaje u operación de seducción, lo que cuenta, en resumidas cuentas, es el resultado. La nueva palabra de orden es el pragmatismo en estos tiempos de crisis. 
La política de donante-donante siempre fue el pilar esencial de la diplomacia marroquí. En la época de la guerra fría, Marruecos permitió la instalación sobre su suelo de bases militares contra el apoyo de Estados Unidos en su esfuerzo de guerra contra el Frente Polisario, haciendo de Marruecos el único país africano, además de África del Sur del Apartheid, a ser integrado en la estrategia militar frontal del Oeste contra el Este. 
Ante la falta de argumentos para justificar y ganar la batalla diplomática del Sáhara, el apoyo de su ocupación de la antigua colonia espaňola era una condición sine qua non para quien quiera negociar con Rabat. Hasta la Unión Europea ha estado sometida a esta condición. Si la UE le ofrecía uno " paquete económico " y la participación en el Mercado Interior, comprendiendo la participación a ciertas políticas de la UE y la extensión de las libertades de circulación (servicios, mercancías, capitales y personas - a cambio de uno " paquete democrático ", es decir de un compromiso sobre valores comunes de buena gobernanza, de respeto de los derechos humanos y del derecho internacional, y sobre medidas de arreglo de los conflictos, en cuanto a Sáhara Occidental, la UE debió aceptar el estatuto avanzado para Marruecos violando el derecho internacional con sus barcos de pesca que practican en las costas saharauis y adoptando el silencio en lo que concierne a la cuestión de los derechos humanos en los territorios ocupados de Sáhara. La razón de la sumisión europea son los servicios ofrecidos por Marruecos. 
La disponibilidad marroquí les ha sido afirmada con la persecución de los emigrantes clandestinos con, por parte marroquí, una brutalidad denunciada por numerosas ONG de defensa de los derechos humanos. En el marco de la Europa fortaleza, se han instalado centros en las fronteras de Marruecos. 
El reino cherifiano no tiene la ventaja del petróleo, pero dispone de otras cartas, la principal de ellas es el apoyo de los grandes patronos franceses y amigos de N. Sarkozy, cuyas empresas están bien implantadas en Marruecos (Bouygues, Accor, Dassault) que mantienen lazos que aseguran la perennidad de las relaciones tradicionales franco-marroquíes. Francia, que vela por mantenerse en Marruecos a través de esta política de donante-donante, es su principal sostén hasta el punto de impedir el Consejo de Seguridad de extender las c ompetencias de la MINURSO (Misión de las Naciones Unidas para el Referéndum en Sáhara Occidental) para velar sobre el respeto de los derechos humanos en esta colonia de África. 
Marruecos ya había dado pruebas de su buena colaboración aceptando que los aviones de la CIA hagan escala en su suelo para interrogatorios violentos paracticados sobre presos extranjeros sospechados de terrorismo a cambio del apoyo de la administración de Bush a su plan de autonomía. Pero esto no funcionó cuando la Casa Blanca había creado el AFRICOM y previsto varios países para instalarlo. Ciertos países, como Argelia y África del Sur, se negaron a ello, mientras que según fuentes americanas, Marruecos se había presentado como voluntario contra un apoyo a su plan para el Sáhara. 
El régimen de Rabat demostró que se ha vuelto ineludible a fuerza de chantaje y a fuerza de obstinación. Su insolencia, propia de todo poder totalitario, le permite ganar el silencio de las supuestas democracias occidentales sobre la represión del pueblo saharaui y su negativa a acogerse a la legalidad internacional en este conflicto que dura desde hace 34 años. 
Esta política de trueque se hizo moneda corriente en los tiempos presentes. Ha sido denunciada por numerosas ONG y partidos políticos en el mundo. Libia acaba de poner al desnudo públicamente esta política creando una crisis política sin precedentes en Gran Bretaña. La liberación controvertida de Al-Megrahi ilustra el conflicto histórico entre los intereses nacionales y los valores.

Brasil : Una querella contra Emboirik por abuso y difamación

La familia de la ex-novia del diplomático saharaui Emboirik Ahmed ha depositado una querella ante la justicia brasileña contra él por abu...